dimanche 28 février 2010

Régionales : Propositions de la liste du Front de Gauche

Comme nous vous l'annoncions il y a quelques jours, votre association Vernon Train de Vie fait actuellement le tour des listes aux élections Régionales, tous partis confondus et de manière impartiale et non partisane, afin que les usagers de la gare de vernon puissent se faire leur propre opinion sur le lourd dossier des transports ferroviaires en Haute-Normandie en général et sur Vernon en particulier.

A ce titre, des représentants de VTV ont rencontré dans la soirée du lundi 22 février les représentants du Front de Gauche dont la tête de liste Sébastien Jumel (Maire de Dieppe), Jean-Luc Lecomte (Adjoint à la mairie de Vernon) en seconde position pour l'Eure et Christant JUTEL, vice-président du Conseil Régional en charge des questions de santé.

Une réponse écrite du Front de Gauche à notre lettre ouverte concernant les différents thèmes envoyés aux candidats nous sera envoyée rapidement. La rencontre de ce lundi soir permet de compléter ouvertement cette réponse officielle. Voici le compte-rendu des propos et positions du Front de Gauche :

La tarification

Afin d'alléger le coût excessif des transports entre la Haute-Normandie et Paris, le Front de gauche est favorable a minima à un renforcement légal de la loi de remboursement de ces frais afin que le salarié n'ait plus à en faire la demande.

Une autre proposition serait la mise en place d'un fond de péréquation via une nouvelle taxe professionnelle transports perçue par une collectivité et reversée aux salariés : l'idée principale est d'éviter la relation directe employés-employeurs sur ce délicat sujet et la possible discrimination à l'embauche qui en émane.

Le Front de Gauche est défavorable par contre dans un premier temps à une subvention directe régionale pour financer une partie de ces frais de transport. La priorité reste à une prise en charge patronale.

Relations SNCF / Régions / Usagers

Sébastien Jumel rappelle le rapport accablant de la Cour des Comptes sur le gaspillage financier des TER dans les régions en France, rapport qui préconise la mise en concurrence des opérateurs. Le Front de Gauche y voit un grand risque de dégradation du Service Public en mettant l’accent sur l’intérêt des fameux opérateurs sur les seules lignes rentables.

De grands défis sont à relever selon lui pour continuer à améliorer et souvent à construire de véritables liaisons ferroviaires régionales. Le cas de la ligne Dieppe / Rouen est exemplaire à ce titre.

Le Front de Gauche est favorable à la mise en place de Comités de Lignes où se rassembleront tous les acteurs ferroviaires : SNCF (tous transporteurs confondus, c'est-à-dire TER, Intercités, Transilien …), Région et représentants des usagers, voire également les représentants des salariés de la SNCF. Il s'agit d'un outil de démocratie et de dialogue très important, auquel le Front de gauche se dit très attaché, prévu initialement dans le cadre de la loi SRU et qu'il suffirait donc d'appliquer.

VTV insiste encore une fois sur ce point fondamental à la mise en place de concertations multi-partites réellement efficaces.

Le Front de Gauche affirme que la Région doit imposer la mise en place de ses Comités de Lignes à la SNCF et se dit prête, via ses futurs élus au sein du Conseil Régional, à appuyer les associations d’usagers dans ce sens.

Selon Sébastien Jumel et Jean-Luc Lecomte, le renforcement du dialogue avec les usagers est primordial afin de ne pas répéter les erreurs passées : entre autres la mise en place trop précipitée et sans concertation du cadencement.

Cadencement et horaires

Pour le Front de gauche, le cadencement est une bonne chose sur le plan théorique mais il a été mis en place trop rapidement, il aurait fallu régler prioritairement les problèmes d'infrastructures (cf travaux effectués en 2009 et pour certains pas finis), attendre la livraison des nouveaux matériels roulants c'est-à-dire attendre au minimum un an avant de changer les horaires. VTV fait remarquer que les travaux effectués et les matériels ne suffisent de toute façon pas à ce jour, loin de là, à supporter les contraintes du cadencement.

Le Front de Gauche soutiendra les propositions de VTV concernant les aménagements d'horaires et ordonnera à la SNCF de justifier techniquement tous les éventuels refus. Il sera difficile de contenter tout le monde sur la ligne, mais le front de Gauche n'est pas contre le principe du partage des trains entre Mantes / Vernon / Rouen.

Le Front de Gauche est favorable à la mise en place d'audits externes et de la constitution d'un service ferroviaire régional pour conserver son autorité en terme de transports ferroviaires régionaux, et par extensions sur les axes majeurs Paris / le Havre et Paris / Évreux.

Les "Grands Paris" de la "Petite Haute-Normandie"

Selon Sébastien Jumel, les transports ferroviaires sont une des clefs du développement économique, éducatif, culturel et social de la Haute-Normandie. Les lacunes et les retards sont considérables actuellement. La Région doit améliorer cette situation en analysant l'offre et la demande, dans un esprit non partisan de service public. La Région n'a pas à favoriser telle ou telle gare.
Selon des chiffres issus du magazine « La Vie du Rail », la Haute-Normandie est actuellement à la 15e place des 20 « régions TER » en terme de développement ferroviaire et à la 17e place au niveau de l’évolution du trafic ! Le Front de Gauche estime que les avancées des dernières années ne sont pas du tout à la hauteur des enjeux.

Pour Sébastien Jumel et Christian Jutel, la politique de l’offre est nettement insuffisante, y compris en week-end (attractivité touristique et culturelle). Il existe un retard considérable à rattraper notamment dans le développement des liaisons intra-régionales (Rouen / Évreux, Rouen / Dieppe, Rouen / Vernon), dans la réhabilitation et la construction de nouvelles gares (Rouen RG, Vernon). La continuité territoriale doit être assurée et développée dans notre région : pour le Front de Gauche, le droit à la mobilité est fondamental.

La relation Vernon / Rouen doit être améliorée prioritairement, et d'une manière générale les relations intra-régionales doivent rester la priorité de la Région. Le Front de Gauche ne sous estime pas par contre l'importance de la liaison Paris / Rouen / Le Havre, mais il ne faut pas se focaliser exclusivement sur cette seule ligne.

Sébastien Jumel estime qu'il est nécessaire de connaitre pourquoi il n'y a pas plus d'usagers intra-régionaux et de favoriser les déplacements ferroviaires. Si il n'y a que 5% des usagers qui effectuent Vernon / Rouen au quotidien, c'est aussi parce qu'il existe un grand nombre d'usagers potentiels qui ne prennent pas ou plus le train.

Les correspondances intra-régionales doivent être favorisées et optimisées notamment autours de l'étoile de Rouen. Il reste le problème de la régularité qui peut "casser" la belle mécanique.

Les connexions inter-modales doivent être augmentées avec la mise en place conjointe d'une billetterie unique entre les différents transporteurs et organismes (SNCF, bus des agglos, Teor, etc..). Sur ce sujet, le Front de Gauche indique qu’il est plus que temps de « passer des paroles aux actes ».

Le Front de Gauche précise que l'État doit intervenir plus fermement sur les liaisons inter-régionales, les Grandes Lignes : il n'est pas de la responsabilité de la Région Haute-Normandie de prendre entièrement à sa charge financière le retard des investissements accumulés depuis 20 ou 30 ans. L'État doit prendre ses responsabilités en engageant financièrement les grands travaux nécessaires à la ligne Paris / Rouen / Le Havre.

Avenir de la gare de Vernon

En l'absence d'éléments techniques précis, Sébastien Jumel n'a pas de positions particulières sur la gare de Vernon en particulier mais il note qu'une nouvelle gare ferroviaire ne peut se faire que si une interconnexion avec la gare routière de l'agglomération est prévue à l'origine et si elle n'est pas trop excentrée du centre ville commercial et historique de Vernon.

Jean-Luc Lecomte précise quant à lui que le déplacement de la gare de Vernon n'est absolument pas statué et que la conservation du site actuel est toujours envisageable avec une nouvelle gare routière à proximité si de la place est dégagée. Dans tous les cas, les usagers, commerçants et riverains seront impliqués dans la décision finale.

Concernant les inquiétudes relatives à la 3ème voie Terminus prévue par RFF, le Front de Gauche refusera systématiquement à RFF la mise en place d'une telle voie en tiroir qui dégraderait fortement la desserte ferroviaire de Vernon (temps de transport allongés par les arrêts supplémentaires). Par conséquent, le déplacement de la gare sur ce seul argument en faveur de la SNCF (et par extension du STIF - commentaire VTV) se verra opposer un refus total.

Le Grand Paris face à la Haute-Normandie

Selon le Front de Gauche, le Grand Paris et la Ligne à Grande Vitesse associée ne sont que de la poudre aux yeux, une arlésienne impossible à financer actuellement. Pour Sébastien Jumel et Jean-Luc Lecomte, la priorité doit être donnée au développement des liaisons intra-régionales et au dégagement du Mantois dans le cadre des liaisons vers Paris.

Le Grand Paris ne doit pas effacer la Haute et la Basse Normandie : un aménagement ferroviaire concerté et équilibré doit être réalisé, et il doit passer en priorité par la mise en place de la ligne LNRVS entre Epônes et Mantes dédiée aux Grandes Lignes de Normandie.

1 commentaire:

Hubert a dit…

Rappelez moi.... Le front de gauche n'est il pas un parti de la majorité régionale ???
Celle qui depuis 12 ans n'a pas fait avancer d'un pouce le dossier ferroviaire pourtant dans ces compétences !!