jeudi 8 avril 2010

Paris-St-Lazare : Terminus des oubliés

Pour la première fois les usagers de Paris-St-Lazare sortent de l'anonymat en prime-time ! Ce dimanche 11 avril, un long reportage de 52 minutes, intitulé "Paris-Saint-Lazare - Terminus des oubliés" sera diffusé sur France 5 à 16h43 et à 20h35 !

Vernon Train de Vie, Bueil à Toute Vap'Eure ainsi que le Comité du Mantois, associations membres de l'AAUPSL, sont au générique de ce reportage unique qui donne enfin la parole aux usagers et à leurs représentants ainsi qu'aux vrais cheminots sur le terrain. Il montre notamment comment la SNCF ne peut pas ignorer cette gare unique (27 quais de banlieue et de Grandes Lignes mélangés, 1 train toutes les 28 secondes), exceptionnelle par son trafic (450 000 passagers par jour, 2ème gare d'Europe) et surtout tellement sur le fil du rasoir médiatique et social (10 000 suppressions de trains par an).

Vous trouverez le descriptif complet de ce reportage sur le site de France 5.

Mise à jour : l'édition parisienne de 20 Minutes relaie également la diffusion de ce reportage dans un article du vendredi 9 avril.

Nous vous invitons à visionner vivement ce reportage et à en parler autour de vous. Voici le planning des diffusions :
  • Dimanche 11 avril, 16h43
  • Dimanche 11 avril, 20h35
  • Jeudi 15 avril, 16h29
  • Lundi 19 avril, 10h14

Autre chaine, autre reportage, mêmes galères :
M6 consacre également un reportage dans l'émission "Enquête exclusive" ce même dimanche 11 à 22h45 :
"Retards, insécurité, grèves : guerre des nerfs à la SNCF".
A priori, il y sera aussi question des usagers qui se regroupent ... A suivre.


A vos magnétoscopes disques durs !

3 commentaires:

nicolas de Vernon a dit…

Voilà quelques éléments pour compléter le reportage qui a le mérite de faire un bon bilan de la situation.

J'aimerais développer un peu plus le rôle des associations d'usagers comme VTV:

Au sujet des décideurs (Etat, régions, élus, SNCF, RFF):
ce sont bien les régions et RFF qui ont imposé le cadencement avec les 15% de trains supplémentaires et des trajets au ralenti sur une infrastructure déjà surchargée.
Qui a décidé de mettre en place la branche PSL-Ermont avec comme conséquences une gare Saint Lazare surchargée, et un site de préparation des trains (Batignoles) amputé d'une voie (aujourd'hui nombre de trains sont mis à quai tardivement car bloqués aux batignoles). De plus les trains d'Ermont coupent les voies des trains grandes lignes, d'où des retards supplémentaires...
Qu'ont prévu les décideurs pour demain? le RER-E avec encore plus de trains sur les fameuses 2 uniques voies entre Poissy et Vernouillet... Cela promet!

Au sujet des retards:
La SNCF est responsable pour une partie non négligeable des retards (problème de matériel, de maintenance, d'organisation, de volonté parfois...). Les usagers sont aussi responsables d'une autre partie, il ne faut pas le nier. En ajoutant l'infrastructure et les conditions climatiques, les causes de retards sont infinies.

Maintenant, que fait-on? On laisse pourrir la situation? On prend notre voiture? Non, nous voulons que la situation évolue à court, moyen et long terme.

Avec notre association, nous voulons informer les décideurs des conséquences de leurs actes mais aussi leur montrer la réalité du terrain. Il est en effet stupéfiant de voir le décallage entre ce que dit la SNCF et ce qu'il se passe sur le terrain. Combien de fois le personnel SNCF nous dit: "on remonte les problèmes, on fait des rapports, mais rien ne change, aucun retour...". Les problèmes se perdent dans le mille feuille de la hiérarchie de la SNCF. C'est ainsi que tout en haut, on arrive à dire que tout va bien!
Au bout du compte, la SNCF présente aux régions et à l'Etat un état des lieux qui, pour l'usager quotidien, n'est pas représentatif.
Est-ce pour cela qu'aucune anticipation n'a été faite sur notre gare Saint Lazare? La SNCF voulait investir ailleurs, cachait-elle la réalité?
Je pense qu'il ne faut pas sortir de Saint Cyr pour imaginer une augmentation des déplacements quand on construit de plus en plus de bureaux sur Paris et La Défense. Il faut juste se poser la question.

Résultat: les usagers n'ont plus confiance envers les décideurs. On a besoin d'infrastructure pour avoir au moins une voie supplémentaire, mais on nous parle de TGV (réservé à une petite partie des usagers?).

Notre rôle est de frapper à toutes les portes pour montrer le point de vue de l'utilisateur final et faire que l'usager soit au coeur du débat. On a trop souvent l'impression d'être oubliés, tout comme la gare Saint Lazare.
Aujourd'hui, les usagers veulent être acteurs de leurs transports.
C'est avec des associations d'usagers responsables (nous avons montré que nous savions mobiliser avec l'opération Meuh...) on espère changer notre avenir ferroviaire et inverser la pente.
Ce n'est pas facile et ce sera long... mais on y croit!

nicolas de Vernon a dit…

On reproche souvent à "Vernon Train de Vie" de s'appeler "Vernon"... car les gens pensent qu'on ne prèche que pour notre paroisse.
C'est un fait, l'association est née suite à un problème d'horaires apparu avec le cadencement. Et ce problème concerne essentiellement la gare de Vernon.
Mais une fois l'association créée, nous avons tout de suite montré que nous regardions plus loin que notre gare:
- rapidement nous nous sommes associés aux autres associations existantes sur la ligne (Bueil, Mantes) avec la création cette année de l'Assemblée des Associations d'Usagers de Paris Saint Lazare (AAU-PSL).
Cette Assemblée doit permettre d'avoir plus de poids face à nos interlocuteurs et elle démontre aussi que les problèmes et les solutions ne sont pas locaux mais inter régions, inter transporteurs (transilien, TER, IC).
- dès notre première réunion publique (janvier 2009-Mairie de Vernon), nous avons mis en avant le problème lié à une infrastructure vieillissante et inadaptée. Depuis le début nous mettons en avant le problème des 2 seules voies entre Poissy et Mantes. Depuis, nous ne cessons de le dire à nos interlocuteurs.
- nous ne sommes pas à l'origine de la mise en place du cadencement!
- nous ne sommes pas dans une démarche d'accusation (à quoi ça sert?), mais au contraire, nous souhaitons qu'enfin ce sujet soit traité par les décideurs et donc nous leur en parlons (cela devient urgent, assez de temps de perdu). C'est pourquoi, lors de la dernière campagne des régionales, nous avons demandé à chaque liste candidate leurs propositions pour améliorer la ligne Paris-Rouen. D'ailleurs, un rendez-vous est pris avec le Président de Région (Mr Le Vern) pour faire le point des actions en cours ou futures (et lui rappeler ses promesses).
- entre temps, nous avons découvert d'autres problèmes liés à l'organisation de la SNCF, au site des Batignoles et de Clichy (préparation des trains), au matériel etc... Nous en parlons avec elle à chaque réunion (la dernière date de fin mars). Et encore une fois, ces problèmes concernent tout le monde.
- enfin, nous avons rencontré le personnel de la SNCF au cours d'une réunion avec les syndicats (réunion présentée dans ce reportage) où nous avons pu parler avec les personnes présentes dans le film. Le but n'est pas d'unir usagers et syndicats contre la direction, mais d'obtenir des informations venant du terrain. (Vous avez pu voir dans le reportage comme le personnel est intéressant à écouter). Nous voulons aussi faire comprendre le point de vue des usagers. On sait que le dialogue Syndicats/Direction est difficile à la SNCF, nous sommes en première ligne comme actuellement avec la grève qui dure depuis mercredi dernier.

nicolas de Vernon a dit…

Tout ce que nous faisons n'est pas uniquement pour Vernon, mais pour toute la ligne.
Maintenant, quelles sont nos propositions? Elles sont nombreuses:
- si nous allons voir la SNCF, c'est pour l'inciter à améliorer la production et la maintenance, à anticiper les problèmes (c'est pour le court/moyen terme). Il n'est pas normal qu'un train soit systématiquement en retard le matin à PSL parce que la SNCF ne sait pas le mettre en place à temps!
En même temps, nous demandons à la Région de demander d'autres chiffres à la SNCF pour qu'elle puisse mieux juger le service effectué par la SNCF (et que la Région paye). Jusqu'à présent, la Région n'avait que des chiffres globaux (toutes lignes) et donc les problèmes d'un Rouen-Paris sont noyés par les bons résultats des autres lignes. Tant que la Région n'est pas au courant de la situation réelle, elle ne peut pas contraindre la SNCF de s'améliorer.
- un compromis doit pouvoir être trouvé pour le problème d'horaires, nous continuons les investigations.
- pendant la campagne nous sommes allés voir les élus de tout bord pour mettre en avant le problème d'infrastructure. Mr Le Vern a lontemps porté le dossier "LRNVS" (liaison rapide normandie val de seine) lors de sa première mandature. Ce dossier est enterré (pourquoi?)... dommage car on a perdu du temps. Nous allons en reparler avec lui.
- on rencontre régulièrement nos élus et notre député pour échanger nos informations, pour les impliquer d'avantage, et leur parler de nos inquiétudes. Demain, ils ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas (comme pour le cadencement).
- actuellement, nous sommes préoccupés par le projet de TGV: un comité de pilotage est mis en place et des réunions sont prévues début mai. Nous ne sommes pas invités, mais nos élus seront présents.
Ce projet peut être un plus s'il permet d'avoir une voie supplémentaire en IDF accessible par tous les trains (TGV, intercité, TER) directs de Paris à Mantes. Cela permettrait enfin de résoudre presque tous nos problèmes et d'envisager un bel avenir pour le ferroviaire dans notre région. Surtout, cela profiterait à toutes les populations à l'Ouest de Paris.
Ce projet peut-être une catastrophe s'il monopolise tous les investissements des années à venir avec comme résultat une voie nouvelle en IDF utilisable uniquement par des TGV et donc dédiée à un trafic très limité ne profitant qu'à une toute petite partie de la population.
Petite précision: le TGV annoncé pour 2025 n'arrivera pas à Saint-Lazare... mais à La Défense. La gare de PSL ne sera jamais une gare TGV (quais trop courts, entre autres).

- Nous suivons également de nombreux autres sujets (tarification, matériel, confort, ...).

Tout cela, j'espère, vous montrera que nous avons une vision globale de ligne (au départ de Paris vers les normandies).
Il est évident que nous ne sommes que des usagers, et en plus bénévoles, mais avec les pieds sur Terre. Nous seuls, nous ne retourneront pas la situation. Mais si au bout du compte elle s'améliore...

Merci de m'avoir lu!