dimanche 12 octobre 2008

Bilan de la semaine, Acte 2

Vendredi 10 octobre, 9h30
Hôtel de la Région, Rouen

Ce vendredi matin, une délégation de notre association Vernon Train de Vie accompagnée de certains de nos élus était présente à l'Hôtel de la région à Rouen, dès 9h30 pour tenter de participer sinon à la réunion de pilotage du cadencement des trains régionaux, au moins à la conférence de presse qui suivit. En vain, bien entendu, notre présence a été plus que mal venue, bien que nous n'avions nullement l'objectif de faire "capoter" le projet de cadencement, mais bien de présenter nos améliorations sur ce vaste et complexe projet que nous soutenons à 95% (faut-il encore le redire ?).

La réunion du comité de pilotage fut assez perturbée par notre présence sur les trottoirs de l'Hôtel de la Région, et Vernon fut notamment souvent citées comme nous l'avions demandé lors de notre précédente réunion avec les représentants de la Région, et nous nous en félicitons. le message est plus que passé. Une suprise de taille : le STIF ne signe pas le projet tel qu'il est proposé. Nous n'avons pas beaucoup d'informations à ce sujet, mais les horaires dans le mantois ne leur conviennent apparemment pas. Cette affaire repousse donc la décision finale au 3 novembre prochain.

Nous avons donc une nouvelle marge de manoeuvre qui nous permettra d'étudier avec la Région et la SNCF (Corail Intercité) l'arrêt à Vernon des quelques trains directs que nous demandons de rétablir. En ce sens, il s'agit d'une bonne nouvelle. Voilà pour le fond.

Maintenant, sur la forme, nous pouvons la résumer ainsi : l'intérêt particulier s'efface devant l'intérêt général.

Bref, nous nous sentons sacrifiés sur le principe de l'axe prioritaire Paris / Rouen / Le Havre et notamment des revenus commerciaux engrangés par Corail Intercité qui sont potentiellement supérieurs en gare de Rouen. Pourquoi faire arrêter un V2N à moitié vide à Vernon, alors qu'il pourrait partir de Rouen ou de Paris bien plus remplis de rouennais qui dépenseront plus dans leur abonnement ? Logique commerciale.

La conférence de presse qui suivit fut notamment filmée par France 3 Région Haute-Normandie, et par José Alcala.

Des vidéos sont disponibles :
L'association invite tous les adhérents et les personnes qui nous soutiennent à réagir à ces communiqués qui ont malencontreusement et profondément blessés la délégation des vernonnais présent ce jour à Rouen.

Nous poursuivons notre action, une bonne partie de la réponse étant désormais dans les mains de la SNCF et de Corail Intercité notamment.

4 commentaires:

Thierry de Vernon a dit…

Bonjour,

toute mes félicitations à l'association pour la rapidité à se faire connaitre.
Vous avez fait un travail formidable et je vous en remercie
La lutte va être dur car visiblement Mr le Vern se refuse d'améliorer les conditions de transport des vernonais car rouen en patirai.
Je note son humour quand il presente son cadensement car permettra que chacun connaisse les horaires en resumé on prendra le train par habitude.
et de lautre il dit qu'il fuat briser nos habitudes actuelles.
J'aime aussi son humour quand il dit qu'il est préférable d'etre assis dans un nouveau train que debout dans un vieux.
mais il aurait du preciser etre debout pendant 45 minutes et etre assis pendant 1 heure puisque nos nouveaux trains tout neuf mettent 15 minutes de plus que nos "poubelles" actuelles.
Il ne faut pas sortir de St Cyr (ce sont ces termes) pour comprendre qu'on ne peut pas mettre plus de trains quand des quais font 300m.
c'est un fait mais il ne faut pas non plus sortir de St Cyr pour remedier à ce problème. 100m de beton supplémentaire à chaque gare et les quais font 400m. en plus nos poubelles orange ne font meme pas 300m de long.
J'ai parcouru un certains nombres de blog sur la ligne rouen paris et visiblement tout le monde semble être d'accord la ligne rouen paris n'est pas adapté (et c'est pas d'aujourd'hui).
en tout cas je trouve qu'il etait mal à l'aise trop sur la defensive
comme si il avait mal préparer son discours.
il précise qu'il faut accepter de perdre 2 à 3 minutes en contre parti d'un meilleur confort et de l'autre il refuse que rouen perde c'est 2, 3 minutes car sinon les usager de rouen vont raller.
son discour est donc clair d'abord il s'occupe des usager de rouen et apres il s'occupera des autres usagers.
ses électeurs sont de la region rouennaise il faut qu'il les chouchoute s'il veut etre réélu.
Je ne dis pas que la bataille est perdue mais elle va être dure et longue. comme pendant la guerre de 14 il va rester sur ces positions et une guerre de tranchée va s'ouvrir.
pour le 3 novembre je vous propose d'y aller en taxi de la Marne.

bon courrage

Anonyme a dit…

merci à l'association et merci au stif pour ce délai supplémentaire inespéré ! je pense que nous pouvons trouver un compromis (le vie n'est faite que de cela) entre la SNCF, STIF et la région naturellement.
encore bravo à l'association

Anonyme a dit…

Bonjour,

Pour ce qui est du STIF leur blocage est tout naturel.
En effet, les Gens du Mantois comme vous les cités, seraient emputés par les trains de Rouen et du Havre alors que dans l'institution il faut se rappeler que les gens de l'Ile de France paient des impôts pour les transports et les investissements.
De plus les engagements du Mantois sont de prévoir le plus rapidement possible des trains supplémentaires en direct Mantes-Paris St Lazare dès la fin de l'année donc ce n'est pas pour permettre aux Rouennais ou Havrais de piquer leurs sillons.
D'autant plus que l'IDF est prioritaire en terme de developpement ferroviaire et que la région vient de debloquer quelques 600 millions d'€ d'investissements.
N'oubliez pas non plus que dès juin 2009 un TGV fera la liaison le Havre-Rouen-Mantes-Conflans-Roissy CDG-Strasbourg et que celui-ci aussi aura besoin de sillons via Conflans.

Je pense malheureusement que pour Vernon la route reste encore très très longue. Bon courage et de tout coeur avec vous.

Anonyme a dit…

L'incompétence d'Alain Le Vern sur le dossier du cadencement des trains est si évidente qu'il en oublie un principe fondamental en matière de politique, le respect de ses électeurs.