vendredi 30 novembre 2007

Le Casse-Pipe de 18h10

Vendredi 30 novembre 2007,
Paris Saint-Lazare, train 13113 de 18h10

Ce soir fut un GRAND SOIR.

Après 5 minutes de retard au départ de Paris, tandis que je discutais avec certains habitués de la ligne notamment au sujet des retards de la semaine, nous sommes brutalement arrêtés en gare de Maison-Laffitte. Certains voyageurs remontent un peu paniqués le train jusqu'à notre voiture et nous apprenons avec stupeur que 3 voitures centrales ont été touchées par des impacts et que quelques personnes seraient légèrement blessées et choquées ! Les vitres de certaines voitures auraient été en effet touchées par des projectiles, peut être des plombs de chevrotines étant donné la dispersion et la force des impacts sur les vitres.

On aurait ainsi tiré au fusil à pompe sur notre train ! On croit rêver ! Nous sommes maintenant la cible de crétins qui nous prennent pour des casse-pipes à la fête foraine. C'est à se demander si l'intervention de Sarkozy hier soir n'est pas étrangère à ce tir d'exercice ! Bref, je ne sais maintenant comment aborder cette société où la vie ne vaut plus rien, mais où rien ne vaut la vie...

C'est désolant et j'espère en tout cas que les blessés s'en remettront physiquement et moralement. Je suis de tout coeur avec eux !

Pour en finir avec notre aventure, nous avons été transbordé sur le quai de Maison-Laffitte tandis que les forces de l'ordre et les pompiers s'occupaient des blessés et de cette triste affaire. Le train de 18h45 est venu à notre secours et nous avons pû rejoindre nos paisibles foyers vers 20h15... Toute la ligne a été bien sûr très pertubée par cet "accident".

Je n'ai pas voulu du bon de retard cette fois-ci.

3 commentaires:

jteissier a dit…

Je confirme les tirs dans les fenêtres du train. J'étais dans un des wagons touché, la vitre a litteralement explosée.

Mickael a dit…

J'étais aussi dans ce train...

Avez-vous eu des information complémentaires ? Les tireurs ont-il été retrouvés ?

Merci,

Stéphane a dit…

Je n'ai pas eu d'autres informations sur ce malheureux fait-divers, même sur les sites journalistiques locaux (Le Parisien, 20 Minutes). A croire que ce genre d'incident s'est finalement banalisé...