vendredi 22 octobre 2010

Voyage jusqu'au bout de la nuit : 3h15 de retard

Ce billet pourrait s'appeler "Dans la nuit, personne ne vous entend crier", ou bien encore "Le train de l'enfer". Ce jeudi 21 octobre, le dernier train de 23h37 au départ de Paris St-Lazare a été purement et simplement annulé, faute de conducteur !

Un adhérent de Vernon Train de Vie était à bord parmi les 70 passagers normands qui étaient bloqués sur Paris et qui tentaient de rentrer chez eux, il a pu nous envoyer son récit par mail au fur et à mesure du traitement de l'incident par la SNCF. Et vous allez voir, cela est tout simplement édifiant, et cela se passe en 2010.

00h28

Pour info, il y aura des problèmes, le 23h37 de ce soir est annulé.

02h20

Alors, il est 2h20, il faut quand même dire où nous en sommes.

Pas de mécanicien pour le train de 23h37. Après recherche du mécanicien d'astreinte qui est aux abonnés absents, le train est finalement annulé à 00h25.

La SNCF nous propose de prendre le train de 1h03 destination Poissy, exceptionnellement prolongé jusque Mantes (du fait de travaux, Poissy Mantes se fait normalement en car) où bus et taxis nous attendent pour la fin du trajet.

Ce qu'on ne nous avait pas dit une fois arrivés à Poissy, c' est que du fait des travaux nous sommes repartis en direction de Paris pour faire à nouveau demi tour à Eragny (à 2h05) direction Mantes via Conflans cette fois-ci...

Pendant ce temps, les voyageurs qui avaient pour destination finale Mantes ou une autre gare entre Poissy et Mantes ont été invités a prendre le car à Poissy. Pourquoi pas nous ? Mystère !!

Bon, bref, j'espère arriver à Mantes vers 3h, à Vernon vers 4, puis direction la maison à Jeufosse pour une bonne douche, un café et rebelote....

Quelle chance, je ne vais qu'à Vernon, pas Gaillon, VdR, ou Oissel (de toutes manières, Oissel Rouen, c'était déjà prévu en car)...

La suite au prochain épisode... Comme j'ai bien fait de renouveler mon forfait en fin de semaine dernière !

02h34

2h34 arrivée à Mantes.
Pas de car à l'horizon...

03h00

3h00, enfin un bus...
Partira, partira pas ?

03h30

3h30, Vernon, enfin... Seulement 3h15 de retard...

Dans l'après-midi, ce même usager - usé, nous a donné un complément d'information :

14h41

Au fait, je manquais un peu de clarté d'esprit et d'humour pour l'épilogue plutôt cocasse : les cars qui nous ont finalement véhiculés sont ceux là même qui ont assuré la liaison Poissy-Mantes pendant que nous nous promenions via Conflans, et qui sont d'ailleurs, arrivés à Mantes bien après nous...

Cherchez le bon sens dans tout cela...

Et ce récit n'est pas le seul puisque le Président de Vernon Train de Vie, Didier Jaumet, était également à bord de ce dernier train, et après une nuit quasi "blanche" voici la copie du courrier relatant son aventure qu'il a communiqué très tôt ce matin à Mme Armelle LE HIRE RIGENBACH, Directrice des Lignes Normandes:

Bonjour Madame Le Hire

La fin (!?) de la grève de la SNCF sur la ligne Paris-Rouen s’est terminée par un véritable feu d’artifice le jeudi 22 octobre 2010.

Ce soir là, après avoir passé la soirée au cinéma à Paris, je comptais rentrer par le train de 23h37 arrivant à Vernon à 0h44.

Peu de temps après mon accès au train, j’ai entendu le contrôleur annoncer que le train ne pourrait pas partir aussi longtemps que l’on ne trouverait pas le mécanicien qui devait le conduire. Après plusieurs messages de la sorte, le contrôleur a annoncé à 00h30 que faute de mécanicien le train était supprimé.

L’agent de la SNCF sur le quai a invité les voyageurs à prendre le train super omnibus (12 arrêts au total) qui partait à 1h03 pour rallier Mantes-la-Jolie. Après avoir demandé aux voyageurs allant en Normandie de lever la main pour évaluer le nombre de personnes concernées, il a annoncé que des cars seraient présents à l’arrivée du train à Mantes pour ceux qui devaient poursuivre leur voyage (comme la SNCF le fait couramment et de manière programmée lorsque des travaux sur les voies empêchent la circulation des trains sur une partie du trajet).

Aucune enveloppe de retard n’a été distribuée alors sur le quai.

Quand j’ai vu la tournure que prenaient les choses, j’ai voulu contacter un agent de la SNCF pour voir si un hébergement à Paris était possible pour les gens qui le souhaitaient bien sûr (et en particulier ceux devant travailler le lendemain matin à Paris). Mais il n’ y avait plus personne et je suis donc monté dans le super-omnibus pour Mantes.

Le train de 1h03 est parti à l’heure, mais n’a pas été jusqu’ à Mantes et s’est arrêté à Poissy (probablement parce que la voie habituelle pour aller de Paris à Mantes devait être bloquée au-delà de Poissy, mais aucune information n’a été communiquée sur la cause de cet arrêt à Poissy).

Une fois que les voyageurs concernées par la liaison omnibus de Paris à Mantes furent descendus à Poissy, le train est reparti … mais en direction de Paris !!! Il s’agissait probablement de prendre l’autre voie permettant de gagner Mantes et le train a donc reculé jusqu’ à Eragny à côté de Cergy-Pontoise avant de repartir à 2h00 dans le bon sens pour Mantes !

J’ai parcouru le train pour voir un contrôleur que je n’ai pas trouvé.

Une fois arrivés à Mantes à 2h30, les voyageurs (environ 70) ont dû patienter dans un froid glacial une demi-heure avant de pouvoir monter dans un car Véolia.

Parti de Mantes, je suis arrivé à Vernon vers 3h30 et à mon domicile vers 3h45.

Finalement, en ce qui me concerne je me suis couché à presque 4 heures du matin et me suis levé à 6h30 pour retourner travailler vendredi à Paris

Avoir 3 heures de retard, ce n’est pas la même chose à 6 heures du soir ou à minuit quand on sait qu’on doit retravailler le lendemain.

Alors que les voyageurs se rendant à Mantes avaient une solution de secours (certes dégradée) avec le train de 1h03, les voyageurs grande ligne allant en Normandie n’ont fait l’objet d’aucune attention particulière destinée à :
  • les recenser et leur proposer des modalités d’indemnisation pour le préjudice subi
  • proposer aux voyageurs qui en auraient eu besoin une solution d’hébergement à Paris.
La SNCF s’est contenté du minimum indispensable à savoir acheminer les passagers jusqu’ à destination, mais n’a pas proposé de mesures complémentaires destinées à réduire les impacts négatifs de cette situation. Cette manière de réagir très insuffisante est déplorable et ne devrait plus avoir cours à notre époque.

La SNCF devrait dans de telles circonstances exceptionnelles:
  • indemniser dignement les usagers
  • prévoir un plan de secours complet prévoyant si nécessaire l’hébergement en hôtel
La SNCF devrait prendre la mesure du problème et permettre au personnel d’astreinte de prendre les mesures d’urgence nécessaires en lui donnant la possibilité de joindre à toute heure du jour et de la nuit un responsable pouvant prendre les décisions adéquates, dans l’hypothèse où le personnel sur place n’a pas le pouvoir hiérarchique pour intervenir dans ce domaine. Dans le cas de la suppression du 23h37 de ce 22 octobre, si l’agent présent à Saint-Lazare et celui à Mantes ont réagi convenablement, ils l’ont fait dans les limites de leurs compétences et dans un contexte de sous-effectif, puisque je n’ai vu personne d’autre, ce qui est peu.

En ce qui me concerne, je vous serais reconnaissant de bien vouloir par la présente de m’indemniser du préjudice subi autrement que par l’enveloppe de retard habituelle de 4,60 €.

Je précise que j’ai remis au chef de gare un feuillet de carnet portant mon nom et lui ai présenté ma carte d’identité, de manière à ce qu’une personne de la SNCF puisse attester que j’étais moi-même personnellement touché par ce retard.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Madame la Directrice, l’expression de mes salutations distinguées.

Didier JAUMET
Usager très usagé par la suppression du train Paris-Rouen de 23h37 du 22 octobre
Président de Vernon Train de Vie

4 commentaires:

Jonathan a dit…

Ce récit fait tout de même froid dans le dos... Autant rester à Paris dans ce cas de figure :(

J'ai une question si quelqu'un connait la réponse..

J'ai actuellement un forfait Vernon Port-Villez en réduction 3. J'aimerais savoir si il est possible de changer le forfait en Rouen Paris en gardant la réduction 3?

Je me rappelle qu'avant je faisais Gaillon Port-Villez, mais je crois me rappeler que l'agent SNCF au guichet de Gaillon m'avait fait une fleur en changeant le trajet (en Vernon Port Villez) en gardant l'ancienneté.

Quid des changements de trajet et des réductions officiellement?

Merci d'avance.

VTV a dit…

Jonathan,
depuis combien de temps êtes-vous abonné, tous trajets confondus ?

Jonathan a dit…

Depuis le 15/09/2008 et je suis en réduction 3.

Merci d'avance!

nicolas de Vernon a dit…

Jonathan,
Voilà la réponse de la SNCF au sujet des niveaux de réduction Forfait:
"il est possible de changer de trajet sans pour autant perdre le niveau d'ancienneté atteint (sous réserve de continuer à remplir les conditions de consommation de forfaits). Les "tarifs voyageurs" précisent en effet : « si le client a acheté des forfaits mensuels sur plusieurs relations, tous sont pris en compte dans le calcul de l’ancienneté »."

C'est clair, vous gardez l'ancienneté quelque soit le trajet effectué et gagnez de l'ancienneté avec 10 forfaits mensuels sur 1 an quelque soit le trajet.