lundi 22 mars 2010

Grève du mardi 23 mars : horaires

Vous êtes tous au courant de la grève du mardi 23 mars, alors allons directement dans les détails qui nous concernent, voici les impacts sur la grille horaire, devenue désormais un grand classique du genre.

Notez toutefois la galère des usagers de Gaillon le matin qui ne pourront pas utiliser le train 3102 en provenance du Havre venir à la rescousse des autres usagers de l'Eure, certainement en raison d'un manque de capacité. Pour ces usagers, il faudra prendre un train à 6h48 ou bien attendre.. 2h !

Bonnes chances à toutes et à tous.

vendredi 12 mars 2010

Opération MEUH! à Paris-St-Lazare : les images

José Alcala de Caméra Diagonale était présent à bord du train de 7h11 au départ de Vernon et a pu effectuer un reportage vidéo sur notre opération MEUH! à Paris-St-Lazare. Nous vous invitons à visionner son reportage.



(Merci José pour votre présence et votre relais médiatique !)

LES PHOTOS prises lors de l'opération sont visibles en CLIQUANT ICI.

Vous aussi vous y étiez ? Vous avez des photos, des vidéos à partager ? Écrivez-nous sur vernontraindevie@orange.fr et apportez votre témoignage !

jeudi 11 mars 2010

Opération MEUH! à Paris-St-Lazare : les usagers de la SNCF sont en colère !

Face aux problèmes de régularité, aux conditions de voyages souvent déplorables, au manque de respect vis à vis des usagers, ce jeudi 11 mars, votre association Vernon Train de Vie a décidé de réagir d'une manière très originale et avec une bonne dose d'humour en activant l'opération MEUH! : pour la première fois, et en association coordonnée avec le Comité des usagers du Mantois, nous avons mobilisé la quasi-totalité des voyageurs du train de 7h11 au départ de Vernon et nous les avons invité à porter à la descente du train sur les quais de Paris-St-Lazare un masque de vache symbolique. La SNCF nous considère très souvent comme du bétail, alors poussons la métaphore un peu plus loin...

Vernon Train de Vie réalisait cette opération MEUH! au nom de la nouvelle Assemblée des Associations des Usagers de Paris-St-Lazare (AAU-PSL) que nous avons conjointement créée avec le Comité des usagers du Mantois, Bueil à Toute Vap'Eure, ainsi que l'AVUC de Dieppe. Le dossier de presse adressé aux média est disponible en téléchargement : il présente de manière très détaillée les différents problèmes récurrents rencontrés par l'ensemble des usagers de la ligne Paris / Mantes / Vernon / Rouen et le détail de leurs revendications.

Le succès de cette opération fut énorme : les voyageurs de ce train ont tout de suite adhéré à cette opération symbolique et pacifique. Il n'était pas très difficile de les convaincre de porter ce masque de vache et de meugler à l'arrivée, bien au contraire ! Les usagers se sont ensuite dispersés pour rejoindre leur travail, dans le calme et de manière pacifique comme nous leur avons recommandé. L'action était en effet pacifique, citoyenne et responsable.

Après décompte, plus de 850 personnes ce sont jointes à cette opération MEUH! qui a été fortement médiatisée à bord et sur les quais de Paris-St-Lazare : France 3 Haute-Normandie, France Bleu Haute-Normandie et Ile-de-France, José Alcala de Caméra Diagonale, Métro, Le Démocrate, Le Courrier de Mantes étaient au rendez-vous de cette manifestation d'humeur "humoristique".

Quelques liens des médias sur cette opération (mis à jour régulièrement) :
Voici un extrait de la vidéo du JT 19/20 de France 3 Haute-Normandie qui a été repris dans l'édition nationale :

video


Plus de détails très prochainement (il faut bien aussi que vos dévoués membres de VTV se reposent un peu de cette journée qui restera mémorable...!).

Bravo surtout à tous les usagers qui ont participé à cette action pacifique et très démonstrative. Nous sommes déterminés à ce que cette action ne reste pas sans lendemains.

Encore merci à vous tous !

Meuh !

mercredi 10 mars 2010

Régionales 2010 : Propositions de la liste du Parti Socialiste (suite)

Le jeudi 11 février dernier, les membres du bureau de Vernon Train de Vie avaient rencontré le Président sortant du Conseil Régional, M. Alain Le Vern, tête de liste aux élections Régionales 2010, accompagné de Mme Hélène Ségura, maire-adjointe de Vernon et présente sur la liste du Parti Socialiste.

Notre rencontre fut détaillée dans un article précédent et nous attendions la réponse officielle aux questions de notre lettre ouverte à tous les candidats de cette élection très importante pour le quotidien de nos transports ferroviaires. Nous avons reçu dernièrement la lettre officielle de M. Alain Le Vern répondant point par point aux inquiétudes et interrogations des usagers de la gare de Vernon en particulier.
 
Voici les différents thèmes abordés par M. Alain Le Vern dans cette longue et complète lettre :

Concernant la mise en place d'horaires de trains adaptés aux besoins des usagers :

Comme vous le savez, je suis déjà intervenu à plusieurs reprises auprès des plus hauts dirigeants de la SNCF et de RFF afin d'améliorer les conditions de transports des usagers notamment sur l'axe concernant Vernon. Suite à nos différentes rencontres et compte tenu des attentes légitimes qui sont les vôtres, nous avons déja obtenu l'ajout d'un train supplémentaire direct dans le sens Paris / Vernon en fin de journée. Les services de la Région sont toujours en discussion avec la SNCF afin d'étudier la possibilité de réintroduire un train direct en heures de pointe le matin à destination de Paris. Vous connaissez les contraintes auxquelles nous sommes confrontées dans ce domaine avec la saturation des infrastructures et le difficile équilibre à trouver pour satisfaire l'ensemble des usagers de la ligne. Nous poursuivrons les négociations en ce sens tout en avançant sur les projets indispensables à moyen terme pour améliorer durablement et significativement cette situation (nouvelle gare régionale à Rouen, réalisation de liaisons à haute performance, rénovation de la ligne Serqueux-Gisors afin de dégager des sillons sur la ligne...)

Sur la question de la réalisation d'un audit indépendant pour analyser les réponses techniques de la SNCF, nous y sommes favorables sur le principe. Pour autant, il n'est pas assuré que la SNCF accepte de communiquer davantage d'informations à un cabinet d'étude indépendant plutôt qu'aux services de la Région. Comme vous le savez, l'ouverture à la concurrence programmée prochainement est susceptible d'inciter la SNCF à plus de transparence. Pour autant, je réaffirme ici mon attachement au service public ferroviaire constatant que partout où la concurrence a été mise en œuvre, force est de constater que la situation est bien pire qu'elle peut l'être aujourd'hui en France et notamment en matière de sécurité (Angleterre, Etats-Unis, Belgique...).

En matière de transports entre Vernon et Rouen, nous ne nous satisfaisons évidemment pas de la situation actuelle. Contrairement à ce que certains peuvent prétendre, je n'ai cessé durant ces dernières années de me battre pour obtenir le respect des engagements de l'État afin que les investissements nécessaires soient réalisés sur les infrastructures. La Haute-Normandie n'est pas un cas isolé. Partout en France les Régions sont confrontées aux mêmes difficultés consécutives à l'absence de travaux sur les infrastructures. C'est là que se trouve le réel enjeu pour l'avenir des transports ferroviaires.

Concernant la communication des informations sur les retards et les relations régulières avec les associations :

Force est de constater que des améliorations sont nécessaires en la matière. Vous n'ignorez pas que nous avons cependant déjà obtenu des avancées significatives dans ce domaine même si cela demeure largement perfectible. Nous poursuivrons les discussions avec la SNCF pour que cela s'améliore encore.

Concernant la transmission de ces informations à votre association, il me semblerait préférable d'étudier la manière dont nous pourrions travailler collectivement avec une structure qui jouerait pleinement son rôle d'interface avec la collectivité au nom de tous les usagers. La Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports (FNAUT) pourrait être cet interlocuteur. Parallèlement, je propose d'instituer un nouveau mode de fonctionnement entre la collectivité régionale et l'ensemble des associations. Nous pourrions notamment mettre en place un dispositif efficace afin de faire remonter en temps réel les informations que vous constatez sur le "terrain" auprès des services de la Région et instaurer des réunions régulières avec les associations, la Région, la SNCF, RFF et un représentant de l'État.

Sur la question de la publicité des informations concernant le trafic ferroviaire, je partage pleinement votre position. Croyez bien que les collectivités ont-elles mêmes des difficultés à obtenir certaines de ces informations dès lors qu'il ne s'agit pas de Transports Express Régionaux. Cette attitude de la SNCF s'explique notamment, selon elle, par la préservation d'informations stratégiques d'un point de vue commercial. Cette situation regrettable est directement liée à la logique financière qui prévaut aujourd'hui suite aux décisions de mettre l'entreprise nationale en concurrence et de tendre vers sa privatisation et donc vers la recherche de profit. C'est une raison supplémentaire de mon attachement à la notion de service public. Dès lors, je ne peux que souscrire à votre idée de déposer un projet de loi en ce sens.

Concernant la politique tarifaire :

Je n'ignore pas la situation parfois aberrante à laquelle vous êtes confrontés pour les trajets inter-régionaux. Nous travaillons sur ce point avec les Régions limitrophes pour trouver des solutions appropriées mais dès lors qu'il s'agit de lignes nationales (Corail Intercités), les choses deviennent fort complexes puisque la SNCF est là encore amenée à défendre ses intérêts commerciaux et à privilégier une approche comptable. Compte-tenu des difficultés financières croissantes auxquelles les collectivités sont confrontées, la prise en charge de ce surcoût par la Région ne m'apparaît pas pertinente. La Région contribue déjà largement au financement des transports ferroviaires à de nombreux niveaux (convention avec la SNCF, travaux d'infrastructures, mais aussi en proposant une gamme tarifaire avantageuse sur le réseau TER dont elle a la charge).

Ma position est donc très claire sur ce point. Il appartient aux employeurs de prendre en charge 50% de la totalité des frais de transports de leurs salariés. Les collectivités le font, il est naturel que les entreprises contribuent également à ces dépenses. Je suis prêt à mener ce combat auprès du législateur.

Concernant les travaux en gare de Vernon :

Comme vous le rappelez à juste titre, la gestion de cette infrastructure relève de la SNCF. La Région, comme elle l'a déjà annoncé à plusieurs reprises, est prête à contribuer aux financement des travaux nécessaires mais la décision d'engager ces chantiers ne lui appartient pas.

Concernant la construction de voies nouvelles et le déplacement de la gare de Vernon :

Je me permets de rectifier vos propos, la Région Haute-Normandie n'ayant jamais projeté de mettre en place une liaison à grande vitesse ne desservant que les grandes villes. Bien au contraire, depuis le début nous pensons que ce projet, outre qu'il soit parfaitement irréaliste, ne répond en aucun cas aux besoins de nos administrés. C'est pourquoi nous militons pour la réalisation de liaisons haute performance, au service, prioritairement des voyageurs du quotidien (comprenant notamment le doublement des voies dans le Mantois et l'achat de trains plus rapides) permettant à la fois de répondre aux besoins de tous les Normands mais surtout de desservir l'ensemble des bassins de vie. Ce projet, contrairement à celui de MM Sarkozy et Le Maire, peut être financé, réalisé à moyen terme et a le mérite de se baser sur des études déjà largement engagées. Je souhaite que, dans le cadre des rencontres régulières évoquées précédemment, nous puissions échanger en parfaite transparence sur ce dossier. Pour ma part, je tiendrai les Haut-Normands informés en temps réels des discussions en cours.

Pour le déplacement de la gare de Vernon, l'objectif n'est pas à ma connaissance de faire de votre ville une gare terminus mais bien d'améliorer vos conditions de transport jusqu'à Paris. En tout état de cause, il appartient aux élus locaux d'en débattre et d'arrêter la décision la plus conforme aux intérêts de leurs concitoyens. Des études doivent être prochainement lancées sur cette question. La Région s'est engagée, dans l'éventualité où cette décision soit prise, à contribuer financièrement à cette réalisation.

Et pour conclure...

Pour la collectivité régionale, je peux vous assurer que les usagers de Vernon sont considérés comme tous les autres Haut-Normands. Il n'est pas dans mes habitudes de privilégier tel ou tel territoire. Je n'ignore pas le sentiment qui est le votre depuis la mise en place du cadencement qui n'a clairement pas facilité vos déplacements, j'en conviens parfaitement. Compte tenu des possibilités qui nous étaient proposées, des contraintes qui s'appliquent à nous, des difficultés évoquées précédemment quant à la transmission d'information de la part de l'opérateur ferroviaire, croyez bien que tout a été mis en œuvre pour favoriser le plus grand nombre d'usagers à l'échelon régional. Si je ne me satisfait pas de la situation actuelle, j'assume néanmoins mes décisions. Le passage au cadencement était une nécessité. Celui-ci sera étendu à toute la France d'ici 2012, notre positionnement nous a permis d'anticiper et donc de nous positionner mieux que d'autres pour l'avenir.

Les questions ferroviaires sont fort complexes, vous le savez. J'ai pu constater à plusieurs reprises votre investissement afin de développer votre connaissance sur ces questions, je m'en réjouis. J'espère que demain nous pourrons travailler ensemble dans l'intérêt des habitants de notre région afin de développer les transports collectifs de manière significative.

mardi 9 mars 2010

Un grand soir

Cela se confirme, nous entrons désormais dans un nouveau cycle pourri comme nous l'annoncions il y a quelques jours : ce soir, le train 13119 de 18h30 a accusé un retard "exceptionnel" de 1h10 ! Parti à l'heure, ce merveilleux train Bombardier TER 2N NG a ralenti progressivement peu après son départ sur les quais de Sartrouville où nous avons pu admirer pendant près de 45 minutes la circulation et le sushi local...



Le chef de bord nous a averti d'un dysfonctionnement matériel inédit : fuite d'air dans le système de suspension. Du jamais vu.

Pour mémoire, ces trains TER 2N NG sont NEUFS ! Ils ont à peine un an de circulation pour les plus anciens des 16 commandés chèrement par la Région (plus de 200 millions d'euros le tout), et nous constatons déjà des fuites sur les suspensions. Après les problèmes d'interférences électriques, le réglage défectueux du chauffage, les portes qui ne s'ouvrent pas à quai, les toilettes qui se bloquent, on va nous annoncer bientôt qu'un pneu est à plat !

La ligne était bloquée par notre train à Satrouville : les 18h50, 18h53 sont partis par Conflans, sur la petite route touristique du Val-d'Oise...


Le conducteur a pu remettre en route le système de suspension au minimum et nous sommes repartis à 70 km/h vers Mantes-La-Jolie qui sera le terminus de notre périple selon le chef de bord. En effet, il nous annonce qu'une prise en charge des voyageurs est assurée à Mantes car il y aura deux trains pour effectuer un transbordement, et "qu'il faudra faire preuve de civisme entre les usagers pour se répartir uniformément" entre les deux "chaloupes" de ce Titanic. Cette annonce a fait un bel effet à bord : rire jaune garanti.

A Mantes, ce fut un seul train qui nous a sauvé : le 18h53 pour Rouen, un bon vieux Corail (avec une voiture rénovée TER2N-like, pitié), incassable lui. Nous n'avons pas eu à choisir finalement entre les femmes et les enfants pour ce transbordement. Merci de nous épargner ce lourd sacrifice.

Nous sommes arrivés à Vernon à 20h19, soit exactement 1h10 de retards.

J'ai récupéré le bon de retard à la gare de Vernon, mais j'imagine que le centre de Caen ne nous indemnisera pas car notre voyage fut annulé "administrativement" et nous sommes montés dans un TER qui n'offre pas, comme chacun le sait, le bénéfice de l'Engagement Horaire Garanti. C'est du reste aussi pour cette raison que le 13123 de 19h30 ne s'est pas arrêté à Mantes, car lui peut prétendre à l'indemnisation.

Double peine assurée pour les usagers.

Régionales 2010 : Propositions de la liste du Front de Gauche (suite)

Vernon Train de Vie a rencontré le lundi 22 février à Vernon les têtes de listes du Front de Gauche, Sébastien Jumel et Jean-Luc Lecomte, pour connaître leurs positions et propositions sur les transports ferroviaires en Haute-Normandie en général et sur les nombreux problèmes rencontrés quotidiennement par les usagers de la gare de Vernon en particulier. Les détails de cette rencontre sont disponibles sur cet article.

Notre association a reçu récemment les réponses officielles de la liste du Front de Gauche sur les questions de notre lettre ouverte envoyée à tous les candidats aux élections régionales 2010. Vernon Train de Vie remercie la liste du Front de Gauche pour ces réponses complètes et précises. Nous retranscrivons sur ce blog les différents points abordés.

1. Mise en place d’horaires de trains adaptés aux besoins des usagers :

Nous nous engageons effectivement à intervenir officiellement auprès de la SNCF et de RFF pour obtenir des améliorations concernant les demandes faites par votre association. Nos élus exigeront de la SNCF des justifications écrites et argumentées si elle refuse de satisfaire vos demandes de modification horaire. Nous sommes bien sûr d’accord pour un audit indépendant.

Mais notre proposition majeure est la mise en place de comités de ligne. Nous considérons que le cadencement a été mis en place dans la précipitation, sans aucune concertation avec les usagers et que la situation actuelle est inacceptable. Son amélioration est une urgence pour notre liste.

Nous rappelons à cette occasion que les services publics sont caractérisés par la continuité, l’égalité d’accès et la péréquation tarifaire.

2. Communication des informations sur les retards :

Nos élus vous communiqueront les informations sur les retards fournies par la SNCF. Ils vous communiqueront mensuellement les chiffres précis des retards pour les TER. Pour les trains Corail, nous demanderons à la SNCF de nous les fournir, conformément à la loi, et vous les communiqueront.

3. Relations régulières avec les associations de voyageurs :

Nos élus entretiendront des relations régulières avec les associations de voyageurs et agiront avec elles pour la mise en place de Comités de ligne.

Les Comités de ligne sont composés de représentants de la SNCF, d’usagers, de cheminots et d’élus des collectivités territoriales. Les comités de ligne sont consultés sur les modifications de la consistance des services assurés (création ou suppression de desserte ou d’itinéraire, stratégie tarifaire, qualité des services de transport). L’existence de ces comités figure dans la loi d’orientation des Transports intérieurs (LOTI).

Nos élus vous transmettront toute information dont la région aura connaissance en matière ferroviaire. C’est d’ailleurs la démarche politique de notre liste qui entend porter au sein de l’hémicycle régional les demandes des usagers et de leurs associations, ce qui suppose un échange régulier d’informations et des réunions de travail périodiques.

Nous pensons qu’il y a beaucoup d’intelligence chez les usagers et nous souhaitons élaborer avec eux des propositions alternatives, à partir des éléments détenus par eux-mêmes, la région, les cheminots…

4. Publicité des informations concernant le trafic ferroviaire :

Nous demanderons effectivement à la SNCF les informations sur les flux de voyageurs, informations qui relèvent d’ailleurs de la CADA (commission d’accès aux documents administratifs).

5. Politique tarifaire :

Nous proposons une autre conception de la tarification afin que le transport devienne gratuit pour les usagers.

Pour répondre au droit au transport pour tous et favoriser le report modal vers des transports propres, la tarification telle qu’elle existe n’est plus adaptée. Nous devons aller vers des cartes à tarification unique. L’employeur doit financer intégralement ces cartes pour ses salariés.

Nous avons bien compris vos préoccupations quant au remboursement par l’employeur de 50 % de l’ensemble du trajet domicile –travail. Nous avons bien compris les difficultés rencontrées par le salarié dans l’expression de cette demande auprès de l’employeur. C’est pourquoi nous proposons la création, à l’initiative de la région, d’un fond de péréquation du « versement transport ».

6. Travaux dans la gare actuelle de Vernon :

Nous agirons, avec l’association, pour obtenir de la SNCF une réhabilitation et un entretien régulier de la gare de Vernon. Nous n’excluons pas une participation de la région à ces travaux.

7. Construction de voies nouvelles et déplacement de la gare de Vernon :

Nous appuierons votre participation au Comité de pilotage. Nous agirons avec vous pour obtenir les investissements indispensables sur la ligne, notamment au niveau du Mantois. Ces investissements nous semblent bien plus urgents que la réalisation d’une ligne LGV dont le seul et unique objectif est de relier entre eux les grands centres d’affaires, au détriment du service public rendu aux usagers des gares comme celle de Vernon.

Quant au déplacement de la gare de Vernon, cette question devra faire l’objet d’une large concertation avec les usagers de la gare et leur association et avec les Vernonnaises et les Vernonnais. En tout état de cause, nous n’accepterons pas que ce déplacement soit réalisé en vue de faire de Vernon le terminus d’une ligne de banlieue.

lundi 8 mars 2010

Régionales 2010 : Propositions du Parti de la France

La liste Pour notre Normandie présentée par le Parti de la France dont la tête de liste dans l’Eure est Bernard TOUCHAGUES (Conseiller municipal de Vernon) nous a fait parvenir la réponse suivante. Afin de faciliter sa lecture, notre association Vernon Train de Vie a seulement rajouté avant les numéros de paragraphes les titres des paragraphes correspondants se trouvant dans notre lettre ouverte.

Cette longue lettre est l’une des rares à reprendre point par point la liste exacte des questions figurant dans notre lettre ouverte aux candidats. Les voici dans leur intégralité sur ce blog :

Mise en place d’horaires de trains adaptés aux besoins des usagers :

Oui bien sur à la restauration d’un service au moins équivalent à celui qui existait avant la mise en place du cadencement, d’autant que les solutions techniques existent comme je l’ai exposé lors de la dernière session du conseil régional (cf. ci-dessous mesure court terme). Il est évident que la transparence doit-être la règle sur cette question et mon groupe l’a demandée à plusieurs reprises à l’exécutif régional dès le début du mandat finissant. Plus qu’une nécessité, je crois que c’est un devoir pour notre région de réduire la pénibilité des transports pour les usagers quotidiens et donc en particulier, d’en réduire la durée.

Communication des informations sur les retards :

J’adhère tout à fait au principe de dissocier dans le contrôle qualité les heures creuses et les heures de pointe (cf. intervention de 2006 ci-dessus). Par ailleurs, la région étant en charge des transports régionaux, les données auxquelles vous souhaitez accéder sont pour moi de l’ordre du compte-rendu normal du mandat politique qui est confié à l’exécutif régional.

Relations régulières avec les associations d’usagers :

Oui bien sûr pour fournir à votre association les informations demandées, comme j’ai déjà eu spontanément l’occasion de le faire et, je l’espère demain, s’agissant de l’ensemble des informations utiles dont dispose un exécutif au-delà de celles que l’exécutif sortant à consenti à communiquer à son opposition.

Publicité des informations concernant le trafic ferroviaire :

Votre demande d’information sur la réalité de la fréquentation à été formulée par le groupe que je préside lors du débat budgétaire de 2005, et rien ne s’oppose à ce qu’elle soit communiquée aux associations et au grand public. Sauf peut-être, s’agissant des sortants, la crainte de mettre les électeurs devant le gâchis économique et écologique de certains services de transport régional. J’ai soulevé dans l’hémicycle l’absurdité de maintenir certaines liaisons routières régionales dans leur forme actuelle, lorsque près de 75% des trajets sont effectués par des cars transportant 2 personnes ou moins, dont 25% circulant à vide.

Politique tarifaire :

S’agissant des tarifs, je suis plutôt favorable à votre seconde solution (prise en charge d’un tarif réduit par la région), ou, si cela peut conduire à un résultat équivalent, à ce que la région obtienne lors de la prochaine négociation avec la SNCF que le billet complémentaire de la carte orange soit calculé sur la base des tarif / km pratiqués sur les TER (par type d’abonnement) pour la distance qui sépare la gare d’arrivée ou de départ en Normandie du territoire francilien. Solution probablement plus rapide à mettre en place, et plus facile à gérer.

S’agissant du risque de voir Vernon devenir la dernière gare du réseau francilien, il me semble être très concret. A mon sens, M. Le Vern ne pensant que grand Rouen contre grand Paris a déjà sacrifié Vernon à l’Ile de France et à une baisse du prix / km en région, conformément aux intérêts de la SNCF lors du dernier accord tarifaire débouchant sur la mise en place du cadencement. Ceci en accord avec le pouvoir central UMP qui a éliminé Vernon de ses tracés de ligne à grande vitesse. Il ne s’agit plus pour nous d’éviter quelque chose qui pourrait arriver, mais de nous opposer à une décision déjà prise et partagée en haut lieu, ou à défaut, de la bonifier (excusez moi d’être réaliste).

Travaux dans la gare de Vernon :

Je suis bien évidemment favorable à l’entretien et même l’aménagement de notre gare actuelle. On peut ajouter à vos préoccupations la destruction du bâtiment de la SERNAM devenu une véritable friche industrielle et la réalisation d’un parking gratuit, seule façon d’éviter à de nombreux usagers un stress et une charge financière additionnelle, et aux riverains de la gare un stationnement diurne envahissant.

Construction de voies nouvelles et déplacement de la gare de Vernon :

En ce qui concerne la desserte ferroviaire de Vernon pour l’avenir, nous sommes favorables aux choix suivants :

A court terme, modifier les horaires de deux trains matinaux Rouen-Paris en amont de Vernon pour prévoir un arrêt en gare de Vernon et l’utilisation des sillons actuellement occupés sur la partie francilienne du trajet. Ceci pour offrir aux Vernonnais une qualité de service comparable à celle qu’ils avaient avant décembre 2008. Les travaux devant intervenir entre Mantes et Paris permettant même de l’améliorer dans un proche avenir.

A long terme et de façon complémentaire à la ligne historique : construire une ligne a grande vitesse Seine sud, le long de l’axe autoroutier, desservant la Défense, une gare Vernon-Pacy, la future gare Rouen rive gauche et traversant la Seine à l’approche du Havre par un franchissement ferré associant cette ligne et la desserte fret des débouchés sud et sud-est de port 2000 (la voie se dédoublant en direction de Deauville aéroport régional, Caen, Bayeux et Cherbourg. Les trains grande ligne empruntant cette voie pratiquant un arrêt à Vernon - Pacy principalement aux heures de pointe.

C'est reparti...

Je suis passé à la gare ce dimanche midi pour renouveler mon forfait mensuel et j'ai pu prendre mesure sur les écrans du hall des conséquences désastreuses des travaux dans le tunnel de Rolleboise effectués dans la nuit de samedi à dimanche : 2 trains en retard indéterminé, un train supprimé. Bien sûr, tout ce joli cafouillage n'était absolument pas prévu. Des voyageurs rentrant sur Paris étaient fortement inquiets pour leur retour...


Voici du reste le courrier que nous a envoyé la Direction Régionale des Lignes Normandes concernant les impacts horaires de ces travaux :

Suite aux travaux de renouvellement de 65 kilomètres de voies et de ballast qui se sont déroulés à l’été 2009 entre Mantes et Vernon, il reste quelques travaux de finition à réaliser aux abords du tunnel de Rolleboise (entre Mantes et Bonnières) sur le département des Yvelines.

Ces travaux auront lieu essentiellement de nuit les week-end entre le 6 Mars et le 28 Mars ainsi que le week-end de Pâques ( Les 3,4 et 5 avril).

Par conséquent la circulation des trains du samedi soir et du Dimanche matin sur les week-end concernés sera assurée entre Mantes la jolie/Gaillon/Le Havre par l’intermédiaire de bus de substitution.

Vous trouverez en pièce jointe toutes les informations horaires sur ces périodes.

Et lundi ? Nous avons eu droit pour le 13106 de 7h42 à une seule mais superbe rame TER2N, froide bien sûr, tandis que le 13119 de 18h30 était aussi frigorifié que son homologue matinal. Quant aux retards, nous accusons aujourd'hui insidieusement 11 minutes ce matin et 5 minutes ce soir, soit un retard cumulé pour le début du mois de mars à 1h02 minutes. Le compteur des retards semble bien reparti à la hausse...

Mesdames messieurs les usagers-usés, la trêve est finie.
Désolé.

Mesdames messieurs les cadres de la SNCF, la trêve est aussi finie.
Nous ne sommes pas désolés.

samedi 6 mars 2010

Communiqué SNCF : perturbations du jeudi 4 mars

La Direction des Lignes Normandes nous  fait parvenir le communiqué suivant sur les perturbations rencontrées par les usagers des lignes Paris / Le Havre et Paris / Cherbourg le jeudi 4 mars au soir.

INFO TRAFIC - JEUDI 4 MARS
UN ARBRE SUR LA VOIE ENTRE ÉVREUX ET MANTES LA JOLIE

Jeudi 4 mars 2010 à 18h, la chute d’un arbre sur la voie ferrée entre les gares de Mantes la Jolie et Bueil, près de Ménerville (78), a bloqué la circulation des trains entre Paris et Caen dans les 2 sens de circulation.

Les agents de l’équipement (voie et caténaire) ont aussitôt été mobilisés afin de se rendre sur les lieux qui étaient particulièrement difficiles d’accès. Ils ont alors tronçonné et dégagé l’arbre incriminé.

La circulation a alors pu reprendre dans le sens Paris-Province à 20h20 et dans le sens Province-Paris à 21h05.

19 trains circulant sur l’axe Paris Caen Cherbourg ont été directement affectés (TER, Intercités, TGV) et ont subi des retards supérieurs à 20 minutes. En particulier, 11 trains Intercités ont subi des retards compris entre 1h et 3h00.

Du fait de ces retards la circulation des trains a été fortement perturbée entre Mantes et Paris ce qui a généré des retards de 10 à 40 minutes pour 12 trains Intercités circulant sur l’axe Paris Rouen Le Havre.

Régionales 2010 : Propositions de la liste Debout La République

Vernon Train de Vie continue son tour des listes se présentant aux élections Régionales 2010 pour connaître les positions des différents candidats sur les dossiers ferroviaires en Haute-Normandie en général et sur Vernon en particulier.

Le parti politique Débout la République que nous n'avons pas rencontré nous a fait parvenir le courrier suivant en réponse à notre lettre ouverte, que nous publions intégralement. Ce mouvement gaulliste dont le président national est Nicolas Dupont-Aignan député de l'Essonne a pour tête de liste aux élections régionales Madame Brigitte Brière.

Pour des transports en commun efficaces et respectueux de l’environnement

La situation du transport ferroviaire en Haute-Normandie s’aggrave d’année en année. La plupart des lignes régionales sont aujourd’hui touchées par des dysfonctionnements quotidiens dus à des infrastructures hors d’âge, à un matériel roulant en fin de vie ou inadapté et à une gestion à flux tendu intenable.

Plus de trente ans de mépris de la part des gouvernements successifs et un détournement des investissements vers une politique du tout TGV, ont entamé peu à peu l’efficacité et la qualité des grandes lignes « intercités » et des lignes régionales.

La région Haute-Normandie est, depuis 2002, l’autorité organisatrice des transports régionaux. Elle est le premier interlocuteur de la SNCF et doit garantir le service public ferroviaire sur l’ensemble de la région et sur une partie des grandes lignes interrégionales. Aujourd’hui, le bilan plus que mitigé du ferroviaire en Haute-Normandie montre que notre région n’est pas à la hauteur des enjeux. Les projets d’ouvertures de lignes nouvelles sont au point mort, les gares n’ont pas été rénovées et les investissements colossaux dans l’acquisition de nouveaux matériels roulants peuvent être considérés comme des échecs. Les nouveaux trains mis en service l’année dernière connaissent de nombreuses pannes entrainant régulièrement des annulations et retards importants. Le manque de fiabilité du nouveau matériel, combiné au manque de confort, au bruit, aux défaillances de chauffage rend la qualité de service extrêmement médiocre.

Le gouvernement est également en grande partie responsable de la situation désastreuse de notre service public ferroviaire. L’Etat se désengage toujours plus chaque année avec des coupes budgétaires importantes et la mise en place de la RGPP qui prévoit le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, dégradant toujours plus le service rendu aux usagers. L’ouverture à la concurrence et la libéralisation totale du marché du ferroviaire prônées par l’actuel gouvernement s’annoncent catastrophiques pour les usagers et n’arrangeront pas leurs conditions de transports (les nombreux exemples à l’étranger le prouvent).

Le programme de la liste gaulliste, républicaine et indépendante « Debout la Normandie », conduite par Brigitte Brière et Guy Auzoux a la volonté de faire des transports en commun l’une de ses priorités. Nous souhaitons redéployer le réseau de transport en commun dans notre région pour permettre à chaque haut normand de se déplacer facilement et régulièrement en train. Des tarifs plus attractifs et simplifiés doivent être proposés pour que les déplacements en train soient moins coûteux que les déplacements en voiture. Une vraie politique régionale en collaboration étroite avec la SNCF et RFF doit impulser l’ensemble de ces projets pour que le train devienne un moyen de transport efficace, agréable et populaire.

Nos propositions pour les transports en commun ferroviaires :

Lignes régionales
  • Créer une nouvelle ligne entre Rouen et Evreux, parallèle à la N. 154. Ce projet fondamental pour les échanges entre les deux capitales départementales de notre région permettra également d’ouvrir un nouvel axe ferroviaire avec Orléans et la Beauce pour favoriser le transport de céréales par le rail.
  • Créer ou réouvrir des lignes (Serqueux-Gisors, Le Havre- ND de Gravenchon- Pont Audemer…)
  •  Electrifier l’ensemble des lignes ferroviaires en Haute-Normandie afin de renouveler les locomotives les plus polluantes.
  •  Augmenter les dessertes quotidiennes sur certaines lignes pour permettre aux Haut Normands de privilégier le train plutôt que la voiture.
  •  Créer une « carte transport » pour les lycéens, étudiants et jeunes travailleurs pour favoriser leurs déplacements à des prix avantageux.
  •  Simplifier la tarification pour plus de lisibilité avec des tarifs uniques au Km.
  •  Supprimer les passages à niveau dangereux
  •  Réaffirmer le développement du transport de marchandises par le chemin de fer.

Lignes La Havre- Rouen-Paris et Bernay-Evreux- Paris
  • Rénover les voies et les locomotives afin d’augmenter la vitesse de circulation des trains (200 km/h au lieu de 160 actuellement) et ainsi réduire les temps de trajet.
  •  Doubler les lignes actuelles pour désengorger le trafic entre la Haute-Normandie et Paris et permettre une circulation simultanée des omnibus (Transilien pour la partie Ile-de-France) et des trains grande ligne.
  •  Réorganiser les horaires pour corriger certains encombrements autour des noeuds de Mantes la Jolie et Vernon et garantir une plus grande ponctualité des trains.
  •  Caler les prix des forfaits mensuels sur ceux d’Ile-de-France pour éviter les importantes différences de prix pour les communes limitrophes (Bueil, Gisors, Vernon)
  •  Ajouter des trains le soir après 21h. Le dernier train pour Paris part du Havre à 20h, de Rouen à 21h et d’Evreux à 20h20.

mercredi 3 mars 2010

Scandale de 1ère classe (suite)

En réponse au scandale de 1ère classe qu'un certain nombre d'usagers Vernonnais ont été l'objet ce mardi 2 mars face au comportement inacceptable et discriminatoire d'un contrôleur trop zélé, Vernon Train de Vie a décidé de réagir très rapidement en transmettant à la Direction Régionale des Lignes Normande dirigée par M. Roland Bonnepart le courrier de contestation ci-joint.

Monsieur Bonnepart,

Vous trouverez ci-joint un courrier relatant la mésaventure vécue par plusieurs adhérents et membres actifs de notre association le 2 mars dernier à bord du train 13106.

Il n’est pas dans nos habitudes de nous immiscer dans les affaires de contravention envers les usagers mais nous nous permettons toutefois de vous contacter au sujet de cet incident car d’une part il a suscité de nombreuses réactions verbales et écrites de la part des usagers qui ont trouvé l’attitude de l’ASCT choquante ce jour-là, d’autre part parce qu’il reflète bien, et de manière inquiétante, le degré de lassitude et de ras-le-bol atteint à la fois par les agents SNCF et par les voyageurs réguliers de la ligne et enfin parce que le résultat et les conséquences de cet incident nous paraissent totalement disproportionnés.

A la lecture du courrier joint, vous comprendrez que plusieurs facteurs sont à l’origine de l’incident : en premier lieu, la mise en place d’une rame une nouvelle fois totalement inadaptée en termes de capacité. Ensuite, des clients désabusés, lassés par les conditions de transport actuelles, qui décident pour une fois de ne pas risquer de voyager debout comme cela arrive trop souvent et de se mettre, c’est vrai, en situation d’infraction. Puis un personnel de bord insuffisant, un unique contrôleur incapable de gérer seul une situation déjà rendue difficile par le matériel sous-capacitaire mis à sa disposition. Enfin, la personnalité et la « rigidité » assez inhabituelle d’un ASCT qui refuse, comme le font souvent ses collègues en pareille situation, d’adapter sa mission aux conditions réelles.

Nous ne contestons pas le fait que ces abonnés, détenteurs de titres de transport de seconde classe, aient commis une infraction en s’installant en première. Mais il faut prendre en compte les raisons qui les ont incités à le faire. Nous ne contestons pas non plus le fait que le contrôleur n’ait fait que son travail, appliquant ainsi les consignes qui lui ont probablement été données par vos services. Mais sur ce point plusieurs questions se posent :

  • Pourquoi ne pas avoir appliqué le même traitement à tous les voyageurs ?
  • Pourquoi avoir créé cette situation discriminante en demandant à certains passagers de quitter la première classe et, dans le même temps, en en autorisant d’autres, pas plus munis d’un titre valable, à s’y installer ?
  • Pourquoi avoir adopté cette attitude et ce ton que tous les témoins de la scène s’accordent à trouver « très limite », provocant immédiatement une situation tendue alors qu’il aurait justement fallu l’apaiser ?
  • Pourquoi avoir fait appel à la Suge alors que tous les témoignages confirment que la discussion, même si elle était animée, n’a jamais dégénéré ? A aucun moment le contrôleur n’a parlé d’amende ou n’a demandé que des papiers d’identité lui soient présentés. L’attitude des voyageurs n’a jamais été menaçante. Pourquoi dans ce cas faire appel à la police ?
  • Pourquoi des personnes qui ont voyagé debout de Mantes à Paris se voient-elles infliger une amende de 63 euros chacune, simplement pour avoir discuté une décision qui semble, vous en conviendrez, aberrante, injuste et grotesque ?
  • Pourquoi avoir amendé ces 4 personnes, qui plus est au tarif majoré, alors qu’à l’alternative qui leur a été proposée de payer le surclassement ou alors de se lever, elles ont finalement, dès le départ de Mantes, choisi la deuxième option (laissant ainsi leur place assise aux voyageurs montés à Mantes) ? Autrement dit, le contrôleur leur a offert la possibilité de payer ou de se lever, les personnes ont choisi de se lever, le contrôleur ne s’est plus adressé à eux pendant tout le reste du trajet et a attendu l’arrivée à PSL pour leur dresser une amende avec l’appui de la police ! Est-ce bien logique et normal ? Cela correspond-il aux consignes qui sont données aux ASCT et à l’attitude ou au type de service que vous attendez d’eux ?

Nous pouvons vous assurer que de nombreuses personnes ont été choquées par l’attitude du contrôleur et son incapacité à s’adapter à la situation ce jour-là. La version des faits de la part de l’ASCT en cause (matricule            ) sera sans doute différente…!? Nous tenons donc à votre disposition l’ensemble des témoignages des voyageurs ayant assisté à l’incident et qui se sont spontanément manifestés auprès de notre association.

Il n’en reste pas moins que la sanction et les conséquences de cet incident, si on le replace dans son contexte, sont très largement exagérées et les 4 personnes amendées estiment avoir fait l’objet d’un abus manifeste d’autorité et de discrimination. Elles comptent entamer une action conjointe pour dénoncer publiquement le traitement qui leur a été réservé et contester l’amende reçue. L’association Vernon Train de Vie les soutient pleinement dans cette démarche.

C’est pourquoi, avant que cette « affaire » ne prenne des proportions que nul ne souhaite, nous vous demandons, à titre exceptionnel, de bien vouloir intervenir pour faire annuler et classer sans suite les avis d’infraction dont nos 4 adhérents et membres font l’objet.

Cette décision purement commerciale ne constituerait nullement, de votre part, une justification de la fraude ni un désaveu de vos personnels. Elle démontrerait au contraire symboliquement votre ouverture au dialogue, votre capacité à régler les litiges à l’amiable et à reconnaitre la part de responsabilité de la SNCF lorsque celle-ci est engagée. Surtout, elle contribuerait à l’amélioration des rapports entre les voyageurs et les agents SNCF qui malheureusement se dégradent dangereusement de jour en jour.

Le délai de contestation étant limité et les personnes amendées ayant déjà commencé certaines démarches, nous vous saurions gré de bien vouloir nous faire part de votre position concernant cette affaire le plus tôt possible.

En espérant que les faits exposés et nos arguments déboucheront rapidement sur une issue positive, nous vous prions, Monsieur Bonnepart, d’agréer l’expression de nos sentiments distingués.

Didier Jaumet
Président Vernon Train de Vie

Régionales 2010 : Propositions de la liste UMP/NC

Vernon Train de Vie a rencontré deux candidats UMP aux élections régionales.


Cette réunion qui s’est tenue le mardi 16 février 2010 à Vernon a permis à notre association de rencontrer Sébastien LECORNU, Conseiller de Bruno LE MAIRE, et Cécile CARON adjointe à la Mairie de Saint-Marcel et vice-présidente de la CAPE. Cécile CARON et Sébastien LECORNU sont tous deux candidats sur la liste de Bruno LE MAIRE.

Sébastien LECORNU, a répondu aux questions qui avaient été posées à l’ensemble des candidats aux élections régionales via une lettre ouverte rédigée par notre association en novembre 2009.

L’association Vernon Train de Vie a par ailleurs eu déjà l’occasion de rencontrer Bruno LE MAIRE à plusieurs reprises au cours de l’année 2009.

Horaires des trains adaptés aux besoins des usagers

Les candidats de l’UMP précisent que, sur le principe, la mise en place du cadencement est une très bonne chose et était nécessaire. Mais ils déplorent le manque de concertation et de transparence lors de l’élaboration du cadencement par la Région alors que cela impacte fortement la vie des Haut-Normands.
C’est pour cette raison qu’ils sont favorables à un audit du cadencement mené par une société indépendante de la SNCF et de RFF et financé par la Région.

L’idée soulevée par notre association de déposer un projet de loi permettant de tels audits leur semble compliquée à mettre en œuvre techniquement même s’ils n’y sont pas opposés sur le principe..

VTV précise que notre association n’a pas demandé d’avoir elle-même le droit de faire procéder à de tels audits.

Informations sur les retards

Elles ne sont pas satisfaisantes et notamment en gare de Vernon, où il n’ y a toujours pas d’écran d’information sur le quai dans le sens Paris-Rouen.
Bruno LE MAIRE est favorable à une meilleure diffusion des informations sur les retards, tout en sachant que la diversité des transporteurs (terminologie SNCF pour désigner le transilien, le TER et les trains corail intercité) dans notre région complexifie les choses.

La région reçoit des informations sur les TER mais pas sur les Transiliens et les trains grande ligne, en raison de la fragmentation de l’information fournie par la SNCF.

Rôle des associations d’usagers

Il est favorable à une large consultation des associations d’usagers pour toutes les questions touchant aux transports avec la mise en place de comités de ligne.
La région doit participer aux Assemblées générales de ces associations. Les associations d’usagers doivent également être associées au choix que la Région fait lors de l’achat de trains et du matériel.

Tarification des transports

Bruno LE MAIRE n’est absolument pas favorable à l’extension de la zone dite « carte orange » qui n’a pas pour des raisons administratives et financières vocation à s’étendre indéfiniment.

Il propose « d’abaisser le mur tarifaire » pour les usagers de l’Est de l’Eure en subventionnant le complément tarifaire payé par chaque voyageur à la SNCF pour rejoindre la première gare d’Ile-de-France (de Vernon à Port-Villez, de Bueil à Bréval, …).

Le niveau de cette prise en charge par la Région n’est pas déterminé et pourrait être variable selon des critères sociaux (par exemple les jeunes ou les handicapés).

Financement des infrastructures

La région doit s’engager dans la rénovation des gares régionales mais aussi nationales de la ligne Le Havre-Paris (notamment Val-de-Reuil, Gaillon et Vernon).

L’UMP souhaite que le Conseil Régional participe davantage à la concertation et au financement de nouvelles infrastructures ou d’amélioration y compris en Ile de France car cela améliorera le quotidien des usagers Haut Normands.

La liste « Pour une Nouvelle Normandie » est favorable à la réouverture de la ligne Evreux-Rouen, car il est anormal que ces deux villes préfectures ne soient pas reliées par le train. Ce chantier doit être mené en prenant en compte des impératifs de rapidité d’exécution, de coût et surtout de respect de l’environnement.

L’UMP souhaite favoriser le transport des marchandises via le rail, notamment en liaison avec les ports du Havre et de Rouen grâce à la réouverture de la ligne Serqueux-Gisors.

L’UMP souhaite aussi que les gares soient davantage sécurisées (notamment avec des dispositifs de vidéo-protection) et que la lutte contre la fraude soit plus rigoureuse sans exclure aucune gare de la ligne.

L’UMP est favorable à une nouvelle gare à Rouen dont l’emplacement serait sur la rive Sud (dans le quartier Saint-Sever ou à Sotteville-lès-Rouen).


Transfert de la gare de Vernon

Les deux colistiers de Bruno LE MAIRE pensent que le transfert de la gare de Vernon vers la caserne Fieschi présente des avantages en matière de stationnement, de facilité d’accès et d’intermodalité mais rappelle que cette décision doit être prise à l’initiative de la ville de Vernon en raison d’une part des répercussions urbanistiques générales d’un tel transfert et d’autre part du fait que c’est la commune qui délivre les permis de construire.


VTV montre aux élus un compte rendu d’une réunion du 2 octobre 2009 à laquelle assistaient notamment des hauts fonctionnaires de la région, de la CAPE et de Vernon dans lequel RFF préconise à l’horizon 2020 une desserte de Vernon cadencée toutes les 30 minutes avec une voie terminus. VTV craint que la création d’une telle voie, qui passe obligatoirement par le transfert de la gare, se traduise par une desserte omnibus renforcée (et par conséquent par une nouvelle baisse de l’offre grande ligne).

Projet de ligne à grande vitesse Le Havre-Rouen-Paris


Cette ligne à grande vitesse sur laquelle rouleraient des trains rapides est un projet du Président Nicolas SARKOZY qui s’inscrit également dans le cadre du Grand Paris. Il est une source de développement économique pour l’ensemble de la région. Bien que ce projet ne soit pas nouveau, il a été relancé par le Président de la République, un comité de pilotage de la ligne nouvelle ayant été mis en place le 15 octobre 2009.

VTV, dont le fonctionnement repose sur des bénévoles qui, du fait de leur activité professionnelle, ne peuvent pas être présents à toutes les réunions, souhaite être régulièrement informé de l’avancement de ce projet et être consulté. La volonté des usagers doit être relayée par tous les élus politiques qui défendent leur choix face aux décideurs.

VTV souhaite que la CAPE et la Ville de Vernon s’impliquent davantage dans le suivi de ces projets et portent les revendications des usagers.

Les élus présents considèrent que la Région dispose d’un service transport permettant le suivi de tels projets. Madame CARON précise que la compétence transports de la CAPE ne concerne que les transports sur le territoire de la CAPE, l’agglomération n’est pas compétente pour un tel projet mais elle considère toutefois que ses élus doivent être intégrés à de tels comités de pilotage.

De plus, il est indispensable que les élus locaux du département de l’Eure s’impliquent dans le débat du Grand Paris qui peut être une source de développement pour l’agglomération vernonnaise qui dispose pour cela de nombreux atouts (Seine, train et autoroute). Il serait impensable que les élus de l’Eure et de la Région regardent « les trains passer »…

Enfin, les représentants de la liste UMP/NC ont insisté sur le fait que la réalisation d’une ligne LGV ne pénaliserait en aucun cas les investissements indispensables qui doivent être réalisés sur la ligne actuelle.

VTV rappelle que les transports en train sont un enjeu local qui ne concerne pas seulement la Ville de Vernon, mais toute la Communauté d’agglomération. VTV estime que les collectivités locales ne peuvent pas se désintéresser d’un problème concernant un foyer sur cinq et qu’elles disposent de ressources humaines leur permettant ce suivi, même si cela sort de leur domaine strict de compétences.

VTV s’interroge quant aux répercussions financières sur les usagers liés aux droits de péage élevés que demanderait RFF en contrepartie de la mise en place de ces nouvelles voies ferroviaires et sur la possibilité d’assurer une desserte convenable pour les gares se situant entre Rouen et Paris, les usagers eurois étant susceptibles d’être poussés à prendre le train à Rouen (gare TGV) ou à Vernon nouvelle gare terminus transilien.

VTV s’interroge également sur les retombées économiques à Vernon d’une voie nouvelle ne passant pas par Vernon.

M. LECORNU reconnaît que ce projet doit encore être précisé mais il faut absolument que la Région informe les élus et les usagers. C’est sa mission première et elle est la seule à pouvoir le faire. Mais il rappelle que, pour l’UMP, c’est un projet fort et une chance formidable pour la Région.

mardi 2 mars 2010

Scandale de 1ère classe

Vernon Train de Vie a reçu ce matin des alertes d'usagers qui se sont fait piéger et escroquer par un contrôleur franchement trop zélé. Alors que le train de 7h42 était un Corail déjà bien chargé, certains usagers ont décidé de monter en 1ère classe avant que les usagers de Mantes n'y soient invités faute de place en 2ème. La suite est relatée par les "fraudeurs" vernonnais :

Je fais partie d'un groupe de 5 usagers du Vernon-Paris qui ont subi ce matin (train de 7h42) le zèle et la discrimination flagrante d'un jeune contrôleur à l'égard des vernonnais, au point de nous réserver le privilège d'être finalement "accueilli" par un impressionnant cordon de policiers de la SUGE à l'arrivée à St Lazare.

Compte-tenu du matériel mis à notre disposition (une fois de plus, un ancien corail avec trop de place en 1ère et pas assez en 2nde), nous avons opté pour la 1ère classe. Lorsque le contrôleur particulièrement sec et désagréable s'est présenté à nous et alors que nous étions indignés par le "traitement de faveur" accordé aux usagers de Mantes et las des conditions de transports que nous subissons quotidiennement, nous avons choisi de faire front.

Nombreux dans le même cas et alors que le train approchait de la gare de Mantes, nous avons pensé que notre contrôleur finirait par "lâcher prise". En effet, il s'agît-là d'un usage presque systématiquement pratiqué par les contrôleurs de la ligne, sachant que les plus radicaux d'entre eux finissent toujours, dans le pire des cas, par nous laisser nous "replier" vers la seconde classe. Cette fois, il n'en fut rien : bien que seul agent de contrôle à bord et bien que le train manquât clairement de places assises, notre contrôleur a tenu a nous réserver un traitement digne des plus grands délinquants de la ligne.

A noter que la scène s'est déroulée sous les yeux des usagers de Mantes qui nous avaient rejoints dans la même voiture (en 1ère donc) et qui n'ont évidemment pas été contrôlés. Sur ce point, notre contrôleur nous a d'ailleurs répondu que cela était normal car s'il n'y avait plus de place libre après Mantes, il restait quelques unes au départ de Vernon...

[...] Je me permets de m'adresser à vous en vue d'une démarche concertée pour ne pas régler le surclassement de 63 euros (y-compris frais de dossier) qui nous a été dressé.

Un autre usager en compagnie de son épouse nous relate également sa longue mésaventure puisqu'ils ont eu droit à la double peine :

Voici ce qui s'est passé ce matin dans le train de 7h42 à Vernon...

Ce matin encore, ce train était assuré en rame Corail simple. Comme on le sait tous, à cette heure la capacité d’un Corail est insuffisante et les places assises sont rares, parfois dès la montée à Vernon. En tous cas après l’arrêt de Mantes, plus aucune place assise n’est disponible et de nombreuses personnes voyagent debout dans les couloirs et sur les plateformes. Surtout un mardi, jour le plus chargé de la semaine…. !

Bref à Vernon, de nombreuses personnes, dont je faisais partie, qui s’étaient positionnées en tête de train décident de monter dans les voitures de 1ère classe qui se présentent plutôt que d’avoir à remonter tout le train à la recherche d’hypothétiques places en 2nde. Aucune annonce n’indique d’ailleurs, comme cela arrive, que « de nombreuses places assises restent disponibles en 2nde classe à l’arrière de ce train… ! » De toute façon, on sait très bien que les voyageurs qui monteront à Mantes investiront les quelques places assises restantes, qu’elles soient en 1ère ou en 2nde.

Environ 3 minutes avant l'arrivée en gare de Mantes, contrôle des billets par le seul contrôleur à bord...

Il commence par contrôler un groupe de 3 Vernonnais et, voyant leurs billets de seconde, leur demande  d'aller s'assoir en seconde ou bien d'acquitter un surclassement de 12,40 euros. Une des personnes contrôlées lui fait alors remarquer qu'il n'y a plus de place en seconde ou en tous cas qu'il n'y en aura bientôt plus puisque le train entre en gare de Mantes. Il lui répond que « c'est pas son problème et qu'au départ de Vernon il y en avait de la place ! ». Elle lui demande alors s'il va continuer son contrôle après Mantes ? Il lui dit que « ça ne la regarde pas et qu'il n'a pas d'ordre à recevoir, qu'il fait ce qu'il veut à bord de son train ...!! » Ambiance…. !!

Tout cela en continuant son contrôle et en arrivant jusqu'à nous (ma femme et moi). Nous lui disons alors que nous sommes dans le même cas et il nous répond la même chose, toujours sur le même ton particulièrement agressif et méprisant...Je lui fais quand même remarquer qu'il y a le règlement bête et méchant mais qu'il y a aussi le discernement dont peut faire preuve un agent COMMERCIAL ! Je lui signale aussi qu'il y a une manière de dire les choses et que rien ne l'autorise à nous parler de cette manière...

Le ton monte un peu. Du coup il arrête son contrôle (oubliant ainsi de contrôler tous les autres voyageurs qui se trouvaient dans la même posture que nous…) et il en oublie même son annonce réglementaire d’arrivée en gare de Mantes…

Il me répète que « soit je paye, soit je me lève ! » Je lui réponds que j'accepte de payer mais alors en billets de retard ! Et je sors ma liasse d'environ une trentaine d'enveloppes régularité que je n’ai toujours pas envoyées. Je lui demande toutefois s'il rend la monnaie car 3 x 4,60 euros ça fait plus que les 12,40 euros demandés...Il s’agace et me dit qu’il « n’a pas le temps de jouer , que soit je paye en chèque, carte ou espèces, soit je me lève et déménage »…

Entre-temps, les 3 Vernonnais initialement contrôlés ainsi que ma femme s'étaient levés, le train s'était arrêté à Mantes et les premiers passagers munis (au mieux !) d’un Pass Navigo s'étaient rués sur les places ainsi libérées… !

Je demande donc au contrôleur s'il va également contrôler ces personnes et si, au cas où elles n’auraient pas de titre de première, il allait aussi les faire déménager en leur demandant d'aller rejoindre toutes les personnes déjà debout dans les couloirs !? Il me répond à nouveau que je ne suis « qu'un voyageur » et que je n'ai pas « à lui dire ce qu'il doit faire ou pas à bord de son train ! ». Il peut « contrôler qui il veut et quand il veut ! »

Et il réitère une nouvelle fois sa demande : je paye ou je me lève !! Je lui dis donc que, puisqu’il n’accepte pas mon moyen de paiement, je vais me lever mais je lui fais vertement remarquer qu'il est spécialement borné et que je ne sais pas s'il réalise la situation débile qu'il a créée : il fait lever certains passagers Vernonnais sous prétexte qu'il n'ont pas de titre première classe, des passagers Mantais s'assoient sous ses yeux aux mêmes places, il sait qu'il y a de très fortes chances qu’ils ne soient pas non plus en règle mais il ne les contrôle même pas !!!

En gros, il aurait aussi vite fait, en arrivant à Mantes, de dire aux vernonnais de se lever et de laisser leur place aux mantais !!  N'importe quoi, on marche sur la tête !

Je finis, en prenant mon temps, par me lever en invitant les mantais debout à venir prendre ma place (ce qu’une personne fait d’ailleurs !!). Et je rejoins les 3 Vernonnais délogés et ma femme pour terminer le voyage debout, toujours en première puisque les couloirs sont noirs de monde et qu'on ne peut même plus circuler vers la seconde. Les autres Vernonnais que le contrôleur n'a pas eu le temps de contrôler ainsi que les Mantais qui ont pu trouver une place (dont celles que nous occupions… !) continuent tranquillement leur voyage confortablement assis dans leur fauteuil Pullman de première ..!

Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

Le contrôleur zélé voyant la tournure que prenaient les choses et considérant sans doute que nous mettions trop de temps à nous lever ou à payer, s’est éclipsé un court instant et a appelé la SUGE pour organiser un accueil à PSL ! Nous nous retrouvons donc tous les 5, face à au moins 8 policiers à l'arrivée à Paris ! L'un des 3 Vernonnais impliqués continue son chemin mais le contrôleur désigne à la SUGE les autres et demande une "réquisition" pour les 4 dangereux délinquants que nous sommes...!

Nous essayons d’expliquer la situation ubuesque dans laquelle nous nous trouvons mais c’est peine perdue…On finit par devoir tous donner nos papiers sous peine d’être emmenés au poste. Le contrôleur nous dresse alors à tous les 4 un PV de... 63 euros ! (25 euros de surclassement + 38 euros de frais de dossier !!!)

Tout ça pour en fait avoir laissé nos places aux voyageurs de Mantes et pour avoir voyagé debout de Mantes à Paris !!!?

C'est lamentable et c’est scandaleux..!

Plusieurs personnes présentes ont été choquées par l’attitude extrême du contrôleur et nous ont proposé leur témoignage si besoin. J'ai fait également une photo des gens debout ainsi qu'une vidéo de l'accueil en gare (pas de très bonne qualité malheureusement).

Nous comptons tous les 4 contester cette amende. Ce contrôleur n’a fait preuve d’aucun discernement, d’aucune aptitude commerciale. Son attitude hautaine et méprisante est loin de favoriser le rapprochement voyageurs / personnel de bord que les associations et la SNCF essayent de créer. Il s’est simplement acharné sur quelques voyageurs pour appliquer bêtement et aveuglément le règlement, pour « faire un exemple » ou tout simplement pour satisfaire un ego démesuré… !?
Sa réaction disproportionnée face à la situation est la preuve au mieux de son inexpérience, au pire de son incompétence.

Il s’agit en tous cas clairement d’un abus de pouvoir, voire de discrimination, et nous sommes tous les 4 déterminés non seulement à ne pas payer cette amende exagérée et indue mais aussi à rendre public ce genre d’agissements de la part de certains contrôleurs.

Espérons que celui-ci n’agissait que de sa propre initiative et non pour répondre à des consignes données par sa direction. Car là ce serait encore plus grave… !

A suivre…

Cette malheureuse affaire n'en restera pas là et VTV entend bien contester auprès des multiples Directions de la SNCF, afin d'obtenir l'annulation et le classement sans suites des amendes données abusivement à ces usagers pris dans un traquenard. Les excuses du contrôleur seraient également bienvenues...

Alors que la régularité s'améliore en moyenne, le respect aux usagers et la sérénité des voyages se dégradent fortement. Comment pouvons nous progresser dans un tel contexte ?

Nous ne sommes pas du bétail !

lundi 1 mars 2010

Bilan des retards

Après un mois de décembre catastrophique en terme de régularité, il est temps de faire un petit bilan sur les 3 derniers mois à partir des données que nous collectons sur différentes rotations sur la base du volontariat. Un graphique vaut mieux souvent qu'un grand discours :


Comme vous pouvez le constatez, les retards diminuent nettement depuis 2 mois et semblent atteindre un niveau très correct eu égard aux conditions qu'ont connues les usagers au coeur de l'hiver : d'une moyenne de 18mn41s en décembre 2009 par trajet, nous sommes actuellement "tombés" à une moyenne de 3mn19s en février 2010 par trajet en semaine, sur une panoplie de rotation très large (de 6h11 à 18h50).

Il n'en demeure pas moins que ces statistiques montrent vite leurs limites car elles gomment l'intolérable, l'insoutenable retard majeur qui "casse" la belle mécanique. Le lundi 22 février, par exemple, le train de 18h30 a connu 30 minutes de retards sans explications fournies par la SNCF. Encore aujourd'hui, le train de 18h50 a été fortement retardé au départ de Paris-St-Lazare suite à des bris de vitre, forçant les usagers à utiliser le TER de 18h53, plus lent de 15 minutes...

Bref, si la situation globale s'améliore, nous voyons bien que nous touchons désormais le creux d'un cycle qui ne demande qu'à se réveiller. D'autre part, les conditions de transport au cours des dernières semaines ont été désastreuses par la circulation de simples rames TER2NNG qui se transforment en bétaillères glacées et surchargées le matin à Vernon et Mantes.

En gros, soit vous êtes quasiment à l'heure, soit vous voyagez frigorifiés debout. A vous de choisir.

Régionales : Propositions du Modem

Vernon Train de Vie poursuit son tour de table des candidats aux prochaines élections régionales et a rencontré les représentants de la liste Haute-Normandie Démocrate (Modem) lors de leur conférence de presse du vendredi 12 février à Vernon.

Mme Danielle Jeanne, tête de liste Modem pour la Haute Normandie, a présenté les propositions du Modem concernant les transports dans notre Région tout en précisant que VTV recevra une réponse écrite et détaillée au courrier envoyé à tous les candidats. En attendant la réception de ce courrier précis et détaillé face aux demandes des usagers de la gare de Vernon, voici un rapide résumé de cet entretien.

Le cadencement :

Danielle Jeanne indique que la mise en place du cadencement était une bonne chose et qu'il fallait le faire. Elle précise que, selon la SNCF, il n'est pas possible d'améliorer la desserte de Vernon sans nouvelles infrastructures. Donc, en attendant les investissements (décrits dans les points suivants), le Modem propose de mettre en place des lignes de bus rapides "prioritaires" entre les grandes métropoles de la région (Evreux-Rouen, Vernon-Rouen...). Ces bus, subventionnés par la Région, faciliteront, selon Danielle Jeanne, le déplacement des étudiants et des travailleurs.

Le développement du ferroviaire passe par de nouvelles infrastructures :
  • entre Mantes et Paris :
Danielle Jeanne nous explique que les régions Haute et Basse Normandie doivent peser de tout leurs poids pour la construction d'une voie supplémentaire entre Mantes et Poissy pour séparer le trafic Transilien du trafic Grande Ligne. Le Modem est pour que la Région participe au financement de cette voie bien qu'elle ne se situe pas sur son territoire. C'est le seul moyen d'améliorer, à moyen terme, les liaisons depuis Paris vers la Haute et la Basse Normandie.
  • entre Rouen et Evreux :
Danielle Jeanne suggère une liaison de type Tram-Train pour relier les 2 villes préfectures. La nouvelle voie pourrait longer la voie rapide A154 pour éviter la vallée de l'Iton et les habitations.
  • à Rouen:
Le Modem pense que le développement du transport TER en Haute Normandie passe par la construction d'une nouvelle gare à Rouen. Mais l'emplacement de cette nouvelle gare doit être conditionné par le développement du multi-modal: liaisons facilités avec les lignes TEOR et les bus rapides inter-villes précédemment mentionnés.

La tarification et le "mur tarifaire" :

Danielle Jeanne précise que le Modem n'est pas contre une subvention de la Région sur le complément (Vernon/Port-Villez, Bueil/Bréval...). Mais il faut surtout faire appliquer la loi sur le remboursement de 50% du trajet Domicile-Travail par l'employeur.

Le TGV Paris-Rouen-Le Havre :

Selon le Modem, ce projet n'est intéressant que s'il la nouvelle ligne passe au sud de la Seine pour desservir la Haute et la Basse Normandie. Le TGV doit profiter aux deux Régions.