jeudi 18 décembre 2008

La déprime

Avec le cadencement, je savais que la région Haute-Normandie et la SNCF m'imposeraient 30min de trajet supplémentaire par jour.
Mais dans les faits, non seulement je subis actuellement des temps de trajet allongés d'1h mais en plus dans des conditions de transport très dégradées:

Déjà, le matin, à la place d'un direct, je dois monter dans un omnibus qui, en plus, avance lentement entre Vernon et Mantes. Résultat 15min de perdues.
Mais le soir, ne pouvant prendre le 18h30 (trop tôt pour moi), je pensais prendre le 18h53, le direct de 18h50 ayant disparu. Lundi et mardi, ce train était annoncé avec plus d'1h de retard! Je me retrouve donc soit dans le 18h33 qui était encore là mais bondé, soit dans le 19h30 mais qui me fait arriver à Vernon à 20h10 au lieu de 19h30 avant le cadencement.

Bilan depuis lundi: des trajets plus longs, plus fatigants, et stressants.
Je me sens trahi par la région. Je vis en Normandie mais ma région m'impose un transport de banlieue.
Mr Le Vern, vous disiez que plus jamais je ne voyagerai debout, que je pourrai faire de l'ordinateur confortablement assis et que tout cela valait bien quelques minutes en plus.
Alors, venez à Vernon prendre le train avec moi. A cause de vous, mes trajets deviennent pénibles, je vois moins ma famille, je me fatigue de plus en plus nerveusement et physiquement.
C'est le début de la déprime...
Je compte bien ne pas me laisser faire et combattre avec Vernon Train de Vie pour que l'Eure ne soit pas sacrifiée par la région et que nous retrouvions une offre ferroviaire digne!

1 commentaire:

Laurent From Pressagny a dit…

Bien d'accord avec vous Nicolas. Après un mois de novembre mémorable en ce qui concerne les retard cummulés, le cadencement laisse envisager le pire. C'est simple, depuis près d'un mois, je suis systématiquement en retard à mes engagements (réunions..) pris sur vernon à 20h30 (alors que je prends -pardon prenais- le 18h50 et maintenant le 18h53...). Il est important que VTV fasse remonter ces éléments à nos élus et à ces chers "cadencés" de la SNCF (qui doivent utiliser leur voiture pour aller bosser!).