lundi 5 février 2007

Court répis

Lundi 5 février 2007.
Vernon, train 3134 de 8h03 pour Paris Saint-Lazare

La précédente semaine qui fut relativement correcte tant au niveau de la régularité des horaires et du confort a été effacée d'un coup cinglant par les 36 minutes de retard que nous avons dû subir près de Mantes. Une absence de signalisation nous a permis d'observer pendant plus de 20 minutes le petit matin brumeux du Mantois et l'architecture de la grande couronne parisienne. Nous sommes arrivés à 9h25 à Paris Saint-Lazare.

Je décide avec mon collègue de Rouen de récupérer le fameux bon de retard : un employé de la gare nous donne des enveloppes vides, nous prenant visiblement pour des crétins. Sans le précieux tampon et référence du train, le bon ne vaut rien, les usagers le savent bien. Interpellé, il feint de se renseigner pour ne plus réapparaitre laissant sa jeune et charmante collègue tamponner quelques dizaines de bons de retards à sa place. Merci mademoiselle.

Ce soir, tout s'est bien passé.

Demain je suis en formation à Paris et je dois être à 8h30 porte Maillot. Je prends la voiture ou le train finalement ?

1 commentaire:

Jesrad a dit…

J'ai appris hier que le retard moyen annuel du Shinkansen, le TGV japonais, est de 12 secondes.

Les trains japonais sont entièrement privés, gérés par six sociétés différentes. Les trains s'immobilisent à l'heure à quai, habituellement, à la seconde près.